24 décembre 2015

Demain j'arrête !

 
 
Petite lecture légère sur recommandation d'une collègue. Elle a raison, c'est mignon et drôle.
Voici Julie TOURNELLE, 28 ans, employée de banque et fraichement célibataire. Elle nous raconte, lors de la fête de divorce d'un ami, les choses les plus délirantes et les plus stupides qu'elle puisse faire par amour. Elle est gentille mais Miss Catastrophe. Par exemple elle s'électrocute en voulant apprendre à jouer de la guitare électrique. Elle a les idées les plus dingues et y entraine tout ses potes.
L'auteur, Gilles LEGARDINIER, est aussi scénariste et ça se sent. J'aurais juste une question: c'est quoi le truc avec les chats ? 

23 décembre 2015

Zoo

 
 
Suite à une mutation et réalisant que nous les menaçons gravement, les animaux de la planète se révoltent dans le but de nous anéantir, nous détrôner du sommet de la chaine alimentaire que nous ne devons qu'à notre nombre et à notre technologie. J'aime bien l'idée. Le fait est que la faune et la flore de la planète vivraient beaucoup mieux en l'absence de l'humanité, or l'humanité ne survivrait pas s'il ne restait que nous sur la Terre.
La série est sympathique, malgré ses faiblesses scénaristiques; je me demande ce que donne le roman.

20 décembre 2015

Star Wars, époside VII: Le réveil de la Force

 
 
C'est trop bien ! Et non je ne fais pas un syndrome de Peter Pan, j'assume le fait d'être fan de science fiction depuis mon plus jeune âge.
Il y a des combats dans l'espace, mais aussi à la surface de planètes, des combats au sabre laser, une arme terrifiante destructrice de mondes. C'est toujours le combat du bien contre le mal, de la lumière contre les ténèbres, sachant qu'il y a un peu de l'une dans l'autre. C'est aussi et toujours une histoire de famille, d'héritage. Tout est question d'équilibre, de point de vue.
Sans vouloir trop révéler de l'histoire, Luke SKYWALKER a disparu et le nouvel ennemi s'appelle l'Ordre Premier. Pour plus de détails, allez voir le film.

08 décembre 2015

100 code

 
 
J'aime bien le choc des cultures, surtout dans une série thriller américano-suédoise comme "100 code" dans laquelle nous retrouvons Michael NIQVIST, qui tenait le rôle de Michael BLOMKVIST dans "Millenium", ainsi que Dominic MONAGHAN, qui interprétait Merry dans "Le Seigneur des Anneaux" et Charlie PACE dans "Lost".
Un flic New-Yorkais, Tommy CONLEY, est envoyé à STOCKHOLM pour épauler la police suédoise pour résoudre une série de meurtres ritualisés face à laquelle les flics suédois ne sont pas habitués. CONLEY doit faire équipe avec Michael EKLUND, flic bourru n'aimant pas du tout les Américains. D'ailleurs, CONLEY n'est pas accueilli à bras ouvert mais plutôt perçu par toute l'équipe comme un chien dans un jeu de quilles.
La mise en scène, l'ambiance, les couleurs, tout cela est bien emprunt de la mentalité et de la façon de faire des suédois; ce qui change des séries américaine où bagarres, poursuites, fusillades, explosions à n'en plus finir se succèdent. Tout s'organise autour de l'enquête. C'est froid et glauque mais rien d'inutile, ni même de superflu. Nos flics luttent contre non pas un mais toute une organisation de tueurs en série, savamment orchestrée par le mystérieux LH. Ça me rappelle un peu "Le chuchoteur" de Donato CARRISI.
Une excellente série.

27 novembre 2015

21 novembre 2015

Les 100, le 21é jours

 
 
 
Le roman est différent de la série bien sûr, car il faut plus de matière pour faire une saison de 22 ou 23 épisodes alors que l'histoire doit intégralement tenir entre les pages du livre.
Ce n'est pas forcément très cohérant dans le sens où je ne pense pas qu'on puisse passer sa vie à bord d'une station spatiale puis débarquer sur Terre sans la moindre phobie, ni allergie. D'un autre côté, l'auteur ne pouvait peut-être pas s'étendre sur autant de détails. Elle avait d'autres choses à raconter.
C'est une bonne histoire. Je pense quand-même que le livre aurait mérité soit un meilleur éditeur, pour éviter l'emploi de "elle" à la place de "il", ou un meilleur traducteur, pour le respect de la concordance des temps.
Quant au terme "né-terre", il ne veut rien dire. Personnellement j'aurais utilisé le mot "terrien".

19 novembre 2015

Dire, Ne pas dire

 
 
Merci Messieurs de l'Académie Française pour cet excellent livre. Nous avons bien besoin d'être recadré quant à notre façon de nous exprimer. Par exemple, entre deux noms, pour exprimer la possession, il faut dire "de" et non pas "à" comme dans "Le Château de ma mère. En revanche, je vais devoir perdre l'habitude de dire "sur Paris" car c'est faut. La bonne expression pour indiquer le lieu où un est, ou celui où on se rend est "à Paris".
Le Français qui est une langue si précise qu'elle était parlée à travers toute l'Europe par les plus grand de ce monde, devient du grand n'importe quoi à cause d'une éducation qui se perd et d'une culture de plus en plus limitée. Nous employons des mots ou des expressions à mauvais escient par méconnaissance du sens exacte.
Á ne surtout par manquer de lire l'introduction de Jean D'ORMESSON qui rappelle à juste titre que "ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Et les mots pour le dire arrivent aisément". Autrement dit, si on se sent frustré de ne pas pouvoir dire ce qu'on à dire et qu'on n'est pas compris, il faut s'interroger quant à la qualité de son vocabulaire.
Je pense le plus grand mal de la personne à l'origine du slogan des magasins Carrefour. L'optimisme est un nom, pas un verbe.
 

17 novembre 2015

Seigneur, pourquoi sont-ils si stupides ?

Encore un drame, de la souffrance et du malheur. Encore l'expression aberrante de la haine et tout ça pour quoi ? Au nom d'une foi ? Mais dans quel but ? Qu'espèrent-ils à tirer dans le tas, sans discernement ? Sont ils si fières d'être des tueurs de masse ? Comment peut-on croire qu'une divinité, quel qu'elle soit, puisse vouloir cela ?
Cela fait le bonheur des médias qui en font une édition spéciale au journal du soir, que tout le monde va regarder avec avidité. Tout heureux de nous montrer le visage du mal qui se vante, tout sourire dans une vidéo You tube, de massacrer des mécréants, de confession musulmane. Ça ne les aura pas protéger, les pauvres !
Se battent-ils au nom d'un idéal ? Pour protéger un peuple ? Un mode de vie ? S'ils se battaient pour des terres ou des richesses, au moins ce serait compréhensible bien que tout aussi injuste.  Mais là, même sans vouloir excuser, je ne comprend pas leur motivation. Je crois que se sont tout simplement des sociopathes qui cèdent à leur pulsion meurtrière, des êtres foncièrement mauvais sans foi ni loi. Ils n'ont pas d'excuses. Je ne crois pas au diable mais je crois aux êtres diaboliques.
Leur existence est-elle une réponse de Mère Nature à notre surpopulation ? Á notre arrogance ? Ou sommes-nous monstrueux dès le départ ? Un cancer rongeant la planète ? "Tolérance" n'est pas un vain mot pour moi, mais face à une telle absurdité, j'en deviens misanthrope. Les dinosaures ont eu la sagesse de disparaître; ne devrions-nous pas en faire autant ?

"Le fanatisme est un monstre qui ose se dire le fils de la religion" VOLTAIRE
Comme c'est curieux, nous ne nous sommes pas beaucoup renouvelé depuis la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle.

05 novembre 2015

L'Écorchée

 
 
Par Donato CARRISI
Qui n'a jamais rêvé de disparaître ? ... Euh, moi.
Mon côté obscure de la Force c'est de lire des romans extrêmement noirs voire glauques et horrifiques. C'était trop bien !
Nous y retrouvons l'enquêtrice Mila VASQUEZ qui travaille au service des personnes disparues, sept ans après l'affaire du Chuchoteur. C'est un personnage abîmé, attiré par les ténèbres et c'est probablement cela qui la rend si efficace. Mais attention ! Á contempler les abysses, les abysses vous contemplent en retour.
Quoi qu'il en soit, Mila VASQUEZ va devoir comprendre pourquoi des disparus réapparaissent pour tuer et démasquer le Maître de la nuit. Garde ! Les apparence sont trompeuses !

31 octobre 2015

Le papyrus de César

 
 
Je tiens à féliciter les auteurs de ce nouvel album des aventures d'Astérix qui est très drôle et bien dans l'esprit d'UDERZO et de GOSCINNY.
Merci donc au scénariste Jean-Yves FERRI et au dessinateur Didier CONRAD.
Comme d'habitude, pour bien comprendre les blagues, il faut avoir les bonnes références, ce qui nécessite d'avoir une solide culture générale.
Je retiens le terme de colportage. J'adore.

29 octobre 2015

Balai nettoyeur vapeur



 
 
J'ai toujours eu horreur du ménage. Face à l'ampleur de la tache, je me sens tel Sisyphe avec son rocher. Le pire de tout étant de devoir sincer. Ce sont des litres d'eau gaspillés pour remplir le seau; d'autre encore pour rincer le seau et la serpillière qui finissent assez rapidement par être et à rester sale. Sans parler du temps que ça prend de tremper la since, puis de l'essorer; de déplacer le seau d'eau, provoquant des éclaboussures, etc. Je commençais à devenir une phobique de la serpillière.
J'ai mis du temps, cependant,  à me décider à investir dans un balai nettoyeur vapeur et maintenant que c'est fait, je me demande: "Que ne l'ai-je pas fait plus tôt?
Plus de produit pour le sol au parfum douteux vite insupportable qui laisse une sensation de pas collant quand on marche, ni d'heure perdue à attendre que ça sèche.
Là, juste besoin d'un bidon d'eau déminéralisée à moins d'un euro les cinq litres. Il suffit de remplir le réservoir prévu à cet effet, de brancher et de laisser chauffer quelques secondes. Et si, d'aventure, le réservoir est vide avant que ça ne soit fini, on débranche, on remplir et on repart. Une fois rangé, ça ne prend que la place d'un balai (ce qui est appréciable quand on vit en appartement) et la housse de tissu qui recouvre l'embout passe au lave-linge. Ça reste propre! C'est aussi un peu moins chronophage. Ça reste une corvée, mais moins insurmontable.

19 octobre 2015

Psycho Boys, tome I

 
 
 
Toute l'histoire tourne autour de l'idée que des femmes ne supportant pas la frustration de ne pas avoir d'enfant, prennent un médicament miracle qui leurs évite de faire des fausses couches. Seulement voilà, Mère Nature n'aime pas qu'on contrecarre ses plans et si elle ne souhaite pas que tout le monde se reproduise, c'est qu'il y a une bonne raison. Les enfants nés grâce à ce médicament miracle se voient tous affublés d'une anomalie chromosomique qui fait d'eux des tueurs psychopathes à la force surhumaine. Toutes nos félicitations: c'est un monstre ! Voici donc toute une génération de jeunes filles et de jeunes gens totalement indésirables aux yeux de la société bien pensante. Indésirables pour tout le monde ? Vraiment ? Ce n'est pas si simple. Le crime profite à certains.
Sans oublié que la nature humaine est plus complexe que cela et que Mère Nature a plus d'un tour dans son sac.
L'auteur semble vouloir dénoncer le comportement irresponsable des sociétés industrialisées qui se croient autorisées à faire se qu'elles veulent dans la mesure où elles en ont les moyens technologiques et que cela rapporte beaucoup d'argent. Vous ne pouvez pas avoir d'enfants ? Qu'a cela ne tienne, la médecine moderne va résoudre le problème. Et une planète surpeuplée, une ! Maintenant avoir toute une armée de tueurs sans état-d'âme  c'est bien aussi.
 
Il y a quelques années de cela, j'avais entendu dans une émission très sérieuse que les enfants d'aujourd'hui étaient en plus mauvaise santé que leur parents. Je ne pense pas qu'il y ait de hasard. Pour qu'il y ait de la vie, il faut qu'il y ait équilibre. Ce n'est pourtant pas compliqué comme concept ! Et non, tout le monde n'est pas fait pour être parent. Ce n'est pas parce que vous avez fait un gamin que vous allez forcément l'aimer.
C'est peut-être un peu dur mais je crois aussi que certains ne devraient pas naître.
  

16 octobre 2015

1001 secrets du thé

 
 
Le plaisir du thé le matin pour bien commencer la journée, après le déjeuner ou à 16h, confortablement installé sur un canapé moelleux avec un bon roman. C'est un petit plaisir de la vie incomparable. Je suis adepte du thé noir. Je trouve le thé vert trop amère; à part le GENMAÏCHA dont le goût de riz soufflé titille les sens. Rien ne vaut le thé en vrac acheté dans une boutique spécialisée. J'essaie régulièrement des parfums différents.
Ce petit livre ne pouvait que m'interpeler et me séduire. C'est une mine d'or d'informations. En matière de thé, il y a les grands crus, comme pour le vin. L'auteure donne également plein de recettes. Miam-miam !

15 octobre 2015

Aquarius



Bien sûr il y a David DUCHOVNY, qui est toujours aussi beau et en général j'aime bien les séries policières. Cependant celle-ci ne m'a pas captivée. Je n'aime pas ces fictions qui font l'apologie d'un tueur ou d'un malfrat.
On parle de Charles MANSON comme d'un tueur alors qu'en réalité, selon le documentaire qui a suivi la diffusion des trois premiers épisodes, lui n'aurait tué personne, juste incité ses adeptes à le faire.
Dans la série le personnage envoute de petites dindes écervelées par des sophismes tous plus aberrants les uns que les autres. Comment un nabot d'1,57m a-t'il pu envouter tant de monde ? Je crois qu'il peut remercier le LSD.

08 octobre 2015

Lou DOILLON, "Where To Start"



J'ignorais que Lou DOILLON chantait. Elle a une voix intéressante. J'aime bien.

07 octobre 2015

Chou fleur à la polonaise

 
 
Moi qui déteste cuisiner parce ce que je n'ai pas de temps à perdre avec ça (le ménage est assez chronophage comme ça) mais qui aime quand-même les bonnes choses, j'ai testé la recette du chou fleur à la polonaise. C'est tout simple, bête comme chou même, c'est le cas de le dire et c'est bon.
Pendant qu'on fait cuire des œufs durs, il faut détacher le chou fleur en fleurettes puis le mettre à cuire à la vapeur pendant 10 minutes.
Ensuite il faut le faire revenir à la poêle dans du beurre (du vrai beurre et non de la margarine), on assaisonne à son goût et quand le chou fleur commence à dorer, on arrête le feu et on y râpe les œufs durs avec une râpe à fromage. Si si, une bonne vieille râpe à fromage.

04 octobre 2015

L'Épée de Vérité, tome XIV: Le crépuscule des prophéties

 
 
Un de plus que j'ai dévoré. Et non, je ne m'en lasse pas.
Je ne sais pas comment il s'y prend, mais à chaque fois que Richard RAHL se débarrasse d'un ennemis, un nouveau apparaît, encore pire que le précédent.
Le Seigneur Hannis ARC a ouvert une brèche entre le royaume des morts et le monde des vivants, laissant ainsi les premiers fondre sur les seconds, telle la misère sur le monde. Il s'est également permis de ramener l'Empereur SULACHAN, que d'autres s'étaient donnés tant de mal à trucider et des êtres sans âme, les Shun-Tuk, dévorent les humains avec une délectation très gore.
La course contre la montre continue et la tension monte d'un cran. Je ne veux pas vendre la mèche et gâcher le suspense, mais ce qui se passe au chapitre 57 est un véritable choc.
Rien n'est jamais facile et il y aura toujours des être malfaisants qui haïront les autres et la vie. Pourquoi chacun ne peut-il pas vivre sa vie en paix ? Pourquoi toujours tant de conflit et de souffrance ?
Quoi qu'il en soit, ce tome là est particulièrement désespéré. Vivement la suite.

17 septembre 2015

Encore du violon, toujours du violon.


Renaud CAPUÇON interprète Mendelssohn.

12 septembre 2015

Tour du Monde 2017 L&T




Voici un joli et poétique projet de promotion de la dance à travers le monde dans un esprit de partage et de solidarité. Je viens de faire un peu de mécénat, histoire de favoriser la beauté et d'encourager les bonnes volontés.

10 septembre 2015

Pétronille

 
 
"Pétronille" est assurément décalé, voire déjanté.
Pétronille la pétillante, comme du champagne, est la compagne de beuverie d'Amélie NOTHOMB, qui aime beaucoup le champagne !
L'auteur relate les péripéties d'une amitié haute en couleurs, au grés des humeurs fantasques de deux femmes que tout oppose et uni en même temps.
C'est drôle, léger et très surprenant. Mme NOTHOMB, comme à son habitude, se joue de nous, pauvres lecteurs, en brouillant les pistes, en distillant le doute. Où s'arrête la vérité, s'il y en a une, et ou commence la fiction ?

07 septembre 2015

Docteur SLEEP


C'est une bonne histoire. Un bon moment de lecture. J'aurai cependant une critique quant à l'écriture de Stephen KING. Il écrit comme parlent et pensent ses personnages y compris pendant les phases de narration et pas uniquement pendant les dialogues. Or trop de gens aujourd'hui méconnaissent et massacrent le français. Il est donc regrettable, selon moi, qu'un auteur d'une telle renommée se permette de ne pas écrire de façon plus littéraire. Même si c'est une traduction, le traducteur a dû, sans nul doute, respecter le style de l'auteur.
Une fois encore, je ne peux pas dire que ce roman m'ai mis le "trouillaumètre" à zéro, mais l'histoire est quand même bien menée.
Dan TORRANCE est adulte, alcoolique et paumé mais, contrairement à son père, il a l'intelligence de demander de l'aide. Il s'en sort et cela lui permet d'être présent quand une personne très particulière a besoin de lui. Il sauve les autres et se sauve lui-même.
La morale de l'histoire est que la vie est un roue tournante revenant à son point de départ. Et la boucle est bouclée.

27 août 2015

L'apologie de la maigreur

Que lis-je ce matin en ouvrant ma page d'accueil Internet ? Qu'une gamine de 19 ans, mannequin depuis 5 ans, mesurant 1,82m et pesant 57 Kg a du mal a trouver des contrats car jugée trop grosse ?!!!
Jusqu'où vont-ils aller dans cette folie de la maigreur ultime ? Est-ce cela les nouveaux canons de la beauté: l'anorexie ?
Á ce train là, pourquoi s'embêter à payer des mannequins. Autant mettre les vêtements sur des cintres et les accrocher à une tringle roulante comme chez le teinturier. Cela aura le même effet !
Est-ce que toutes ces personnes travaillant dans le monde de la mode s'imaginent qu'ils ne s'adressent qu'a de grandes femmes aux allures de porte-manteau ? Ne pensent-ils pas que leur fond de commerce c'est Madame TOUT-LE-MONDE ? Personnellement, avec mon corps de femme (1,69m pour 60 Kg), j'ai dû mal a m'imaginer dans des fringues présentées par des filles qui ne ressemblent pas à la réalité. Nous sommes bien loin des mensurations de la poupée Barbie.
 
 
 
Et en empruntant des squelettes dans les facultés de médecine ? Ça le ferait avec une perruque, non ?
 

16 août 2015

Mission impossible: Rogue Nation

 
Hier soir, petite séance ciné avec des amis. Il y avait longtemps.
Pour se détendre, rien de tel qu'un film américain grand spectacle non prise de tête, d'où le choix de "Mission impossible: Rogue Nation".
C'est tout plein d'effets spéciaux, de cascades, de poursuites, de bagarres et de scènes toutes plus invraisemblables les unes que les autres. Mais c'est drôle.
L'histoire s'organise comme une partie d'échec où les protagonistes se manipulent, se tournent autour et tentent de déjouer les plans de l'adversaire. Un jeu du chat et de la souris entre les méchants et les gentils. Mais qui sont les méchants et qui sont les gentils ? La frontière entre le bien et le mal devient floue et finit par n'être qu'une question de point de vue.
Bien que la présence de Tom CRUISE m'ai quelque peu gâché le plaisir (et non, je ne peux pas le blairer), c'est avec plaisir que j'ai pu voir Jeremy RENNER ("Jason Bourne: L'héritage") et Simon PEGG (alias Montgomery SCOTT dans "Star Trek").

30 juillet 2015

Shining

 
 
Par Stephen KING.
Parce que j'avais très envie de lire "Docteur Sleep", j'ai commencé par lire "Shining" qui est un grand classique et d'autant plus célèbre qu'il a été porté à l'écran par Stanley KUBRICK. Puisque c'est la suite, il me fallait commencer par le début.
C'est bien écrit et l'histoire est distrayante, mais pour être parfaitement honnête, je ne l'ai pas trouvé si passionnante que cela. Cela étant, je n'ai pas non plus détesté.
En résumé un petit garçon aux pouvoirs exceptionnels se retrouve piégé par l'hiver dans un hôtel maudit où même ses parents deviennent un danger pour lui. Il doit lutter contre des esprits à qui son don donne de la substance.

26 juillet 2015

René Marc BINI, "Sama Yoon"





C'est très beau. Merci Mam.

22 juillet 2015

Origami spécial Star Wars

 
 
Mais non je ne suis pas obsessionnelle, juste passionnée.
En tout cas, c'est drôle, d'autant plus que le papier origami à la fin du livre est spécialement imprimé pour les vaisseaux et  personnage de la saga. Un rien m'amuse.

02 juillet 2015

Sous la plume de Philippe BOUVARD

"C'est la désolante saga d'un fromage d'abord appelé Hollande et fabriqué avec la crème des grandes écoles puis  rebaptisé Président avant de se liquéfier peu à peu, en dépit de sa graisse personnelle, jusqu'à s'identifier au yaourt à 0%.
Le refus de prendre ses distances avec la crémerie sous prétexte qu'un bail, récusé aujourd’hui par presque tous les signataires, lui assure encore deux ans et demi de pas-de porte, semble avoir fait définitivement tourner le bon lait de la tendresse électorale.L’amour pour ma patrie étant plus fort que l'amour-propre,  j'en arrive à regretter d'avoir, dès Ie début de l’année de disgrâce 2012 et en basculant déjà dans l'opposition, tout prévu des malheurs qui allaient fondre sur nous.  Á savoir l’incompétence gouvernementale d'un cacique de province propulsé directement de la direction du département le plus endetté du pays à la tête de la cinquième puissance mondiale. Une incapacité à rallumer les fours de la croissance, beaucoup plus angoissante que celle d'un réparateur de chaudière connaissant mal son métier.
L’entêtement idéologique, le défaut de pragmatisme et le manque de charisme ont abouti à ce que, élu voilà trente mois avec 52% des voix, Hollande ne disposerait même pas aujourd'hui d'une majorité au conseil municipal de Tulle.

Certains remarqueront qu'on ne doit pas plus apprendre l'arithmétique que l'orthographe à l’ENA.

D'autres dresseront la liste des bons sentiments tombés en quenouille, des promesses non tenues parce qu'intenables et des formules pompeuses vidées de leur sens par les réalités.  

Emplois d'avenir devenus jobs sans lendemain. Soi-disant pactes impliquant l'accord de tous mais rejetés la semaine suivant Ieur annonce. Suppression des impôts mais pour ceux qui n'auraient jamais dû en payer.

Le pouvoir devient une impasse lorsque le peuple descend dans la rue. La mosaïque formée par les déçus, mécontents, protestataires qui recouvre toutes les régions, toutes les générations, toutes les professions.

Les policiers se suicident. Les paysans sont désespérés. Les médecins ferment leurs cabinets. Les avocats retirent leur robe. Les huissiers sont tout saisis. Pour la première fois, les enseignants, les parents et les enfants éprouvent Ie même ras-le bol.

Les mensonges d'Etat s'érigent en système de communication. Le remplacement des 16 « Moi Président », qui ont fait, paraît-il, la victoire contre le seul "sans-dents » qui consomme la défaite. Les braves gens ne comprennent pas qu'on puisse terminer un quinquennat alors qu'ils n'ont pas de quoi finir le mois.

Un endettement galopant dont on n'ose même plus préciser le montant.

Un chef des armées faisant tomber nos soldats un à un dans des pays improbables, s'immisçant dans des luttes tribales et des guerres de religion au nom d'un passé révolu.

Un va-t-en-guerre menaçant  de ses canons un tyran syrien mais ne réussissant à faire fuir que vers Bruxelles ou vers Londres les riches de son propre pays.

Sans oublier le summum de l’irresponsabilité : la fausse nouvelle de la libération - jamais intervenue à la suite de tractations jamais amorcées - des 250 jeunes filles nigérianes mariées de force à leurs ravisseurs.

Et que dire de l’image véhiculée par des médias moins friands de séductions que de ridicules ? Un personnage mal fagoté, affublé  par son tailleur, déguisé par son chemisier, abandonné par ses amis, décrié par ses femmes, mal entouré, mal conseillé, mal dans une peau tavelée par les coups reçus de toutes parts.  

Une vie privée vaudevillesque jalonnée par l'octroi d'un ministère plutôt que d’un pacs à la mère de ses quatre enfants, poursuivie par le répudiation publique en dix-huit mots d’une femme aimée pendant sept ans et achevée par l'édition d'un livre de secrets d'alcôve griffonnés au saut du lit.

Pour l'heure, les appartements, désormais moins privés, de l'Elysée verraient débarquer chaque soir et repartir chaque matin une comédienne dont il faudrait vérifier que les horaires tardifs et la régularité des prestations n'enfreignent pas la législation du travail de nuit.

Non seulement, je n'envie pas sa place mais je le plains de s’y accrocher. Car je n’ose imaginer cette marionnette pathétique ne tenant plus qu'à un fil, errant dans le triste palais-bureau déserté par les courtisans lorsqu'une secrétaire embarrassée prétend que par suite d'une grève de la distribution affectant seulement le 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, les odieux quotidiens et les méchants magazines ne sont pas arrivés.

« Le pauvre homme », comme disait Orgon dans Tartuffe. Un père de Ia Nation en l’honneur duquel les enfants n'agitent plus de petits drapeaux qu'à Bamako et qui ne peut plus parcourir l'Hexagone sans se faire huer. 
Á Hollande qui lui faisait remarquer, en le décorant pour six mois de cohabitation, qu'on pouvait réussir sa vie sans devenir président de la République, Valls aurait eu beau jeu de rétorquer qu'on peut tout rater en le devenant. Plus besoin de posséder la science des conjectures pour prévoir la catastrophe. Elle est déjà là."
Philippe BOUVARD
 
 
 
Tout y est, je n'aurai pas mieux dit moi-même.  

01 juillet 2015

Consommer français = acte citoyen

Á l'âge où je suis maintenant, l'idée est d'acheter des produits de qualité. Je ne suis plus au stade de l'adolescente qui dépense son argent de poche en fringues pas cher trouvées dans les friperies.
Mais, quitte à céder aux sirènes de la société de consommation, autant acheter français, pour participer à l'effort qui consiste à aider l'économie du pays et à maintenir les emplois.
Le consommateur de base a, selon moi, sa part de responsabilité dans la délocalisation de la production des entreprises françaises, y compris les grands noms qui se vantent d'exister depuis au moins le XIXe siècle, en tirant les prix vers en bas en recherchant le toujours moins cher sur Internet.
Je pense sincèrement que si tout le monde jouait le jeu d'accepter de payer le prix juste et de maintenir une production française, cela éviterai à l'État d'augmenter les impôts pour payer les chômeurs.

29 juin 2015

Excellente petite phrase de Fabrice LUCCHINI

Être de gauche est la position la plus confortable et la moins originale. Elle donne un sentiment de générosité, de passion altruiste à des gens que le sort des autres indiffère totalement.

28 juin 2015

Lettre de Philippe BOUVARD à François HOLLANDE

Je suis apolitique et ne recherche pas forcément la polémique, mais je dois dire que j'admire la maestria avec laquelle Mr BOUVARD énonce les faits et assène ses opinions. Et naturellement, je suis d'accord avec lui. Décidément, il m'est très sympathique.
 
 
"Deuxième LETTRE de PHILIPPE BOUVARD à FRANÇOIS HOLLANDE
Je n’ai jamais fréquenté de paradis fiscaux. On chercherait en vain la plus petite niche chez moi depuis que j’ai cessé d’avoir des chiens ! Une seule fois, je me suis délocalisé dans le cadre de la loi Pons à la coûteuse faveur d’un investissement hôtelier dans les DOM-TOM qui m’a fait perdre 100% de ma mise. Á la distribution des bonus, des stocks options et des dividendes, j’ai toujours été oublié.
Mon casier judiciaire est vierge. Mon courage est intact. Je ne suis pas un damné de la terre. Mais je ne suis pas non plus un profiteur ou un esclavagiste. Je ne suis protégé de personne, sauf du public auquel je dois la longueur de mon parcours.
J’ai mes opinions mais je n’ai jamais adhéré qu’au parti des amoureux de la France. J'ai versé à la collectivité davantage que je n’en ai reçu : pas un jour de chômage et une seule nuit d’hospitalisation en six décennies. Je me situe sans honte mais sans fierté excessive dans cette classe moyenne qu’on souhaite faire disparaître en nivelant notre société par le bas.
Je refuse autant d’être culpabilisé par un politicien (qui voudrait que l’on prenne son inexpérience pour de la normalité) que la France accorde sa confiance à un homme que l’Europe prive de la sienne et qui, bien qu’ambitionnant de devenir le gardien de la constitution ne paraît pas s’être préoccupé de la constitutionnalité de ses propositions.
Quant à moi, j’aurais nourri mes enfants, bâti des maisons, planté des arbres. Mission accomplie.
Et vous Monsieur HOLLANDE qu’avez-vous fait ?
Sinon d’augmenter les impôts d’une classe moyenne pour favoriser les fainéants et les assistés de notre pays.
Et vous M. Hollande, qu'avez vous fait si ce n'est des enfants dont vous n'avez jamais épousé les deux mamans, même si l'une d'entre elles était ministre de la famille ?,
êtes vous un "homme normal" M. Hollande ...?
- vous qui, du même coup, avez évité de payer l'IGF devenu par votre mentor l'ISF, en ne convolant pas, et ce, malgré tous vos biens immobiliers et mobiliers, vous qui avez permis à vos COMPAGNES de toucher les allocs pour "femmes filles mères" : 5 fois,.....
êtes vous un "bon français" M. Hollande ?
- vous qui installez une maîtresse sur le trône.,- vous qui bafouez un homme dont les médias ne parlent jamais ni ne publient jamais la tête, et qui pourtant a donné son nom qui perdure, à votre maîtresse : madame TRIERVELLER, - vous qui ignorez les 3 enfants de ce même couple que vous avez brisé,
êtes vous un "homme d'honneur" M. Hollande...? en brisant un couple avec 3 enfants.....
- vous qui n'aviez jamais mis les pieds dans une Entreprise, dans une usine, ni dans un ministère, et qui en bravez tout le savoir faire et la pérennité avez-vous conscience que ce sont les Français qui paient votre formation professionnelle ?
Êtes vous un vrai chef d'ÉTAT, Monsieur HOLLANDE ????
vous ne seriez même pas un Chef d'entreprise !!!"
 
signé : Ph. BOUVARD
 

23 juin 2015

Suspect n°1 New York

 
 
C'est une série policière.
Je sais: encore une.
Ça met en scène le personnage de l'inspecteur Jane TIMONEY, interprétée par Maria BELLO, qu'on avait pu voir dans la blousse blanche d'un médecin de la série "Urgences".
C'est la seule femme dans une équipe d'hommes, tous plus macho les uns que les autres et qui ont du mal à accepter la nouvelle recrue. Jane doit donc se battre contre ses collègues pour pouvoir exister au sein de l'équipe; ce qui l'oblige à être plus compétente, plus efficace, plus intelligente. Elle n'a pas droit à l'erreur et cependant, si elle a raison contre ses collègues, elle a tort.
C'est un personnage fort d'une femme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui fait ce qu'elle a à faire. Elle ne dissimule pas complètement ses émotions, ce qui la rend humaine, mais ne se laisse pas dominer par elles. C'est un flic pugnace dont la seule motivation est de résoudre des crimes et faire justice. 

10 juin 2015

Colorado Kid

 
 
Par Stephen KING.
Cette nouvelle m'intriguait à cause de la série "Haven". Je voulais comprendre pourquoi la mort du Colorado Kid était à l'origine des phénomènes, ou de leur explication. Contrairement à ce qui est noté au générique, cette histoire n'est pas une adaptation mais juste un point de départ.
Nous retrouvons dans la nouvelle de Stephen KING le journaliste Vince TEAGUE et son acolyte Dave BOWIE (qui n'est donc pas son frère ici mais juste son collègue). Tout tourne autour des "énigmes inexpliquées" (bel exemple de pléonasme) et de l'intérêt qu'elles suscitent, pour un instant. Qu'est-ce qui fait qu'une histoire est une bonne histoire ? C'est ce que les deux vieux routards du journalisme expliquent à leur jeune et jolie stagiaire, Stéphanie MacCANN. Mais attention ! N'attendez pas de réponse à toutes vos questions, vous serez déçus.

04 juin 2015

Ludovico EINAUDI, "Fly"




Ma che bella musica!
E 'stato nella colonna sonora del film "Intouchables". (grazie software di traduzione, sperando che la frase è fiera; merci au logiciel de traduction, en espérant que la phrase soit juste). ;op
 
Ce morceau est dans la BO du film "Intouchables".


03 juin 2015

The 100

 
 
Par Kass MORGAN.
Je viens de le terminer et je l'ai adoré. C'est une excellente histoire.
L'humanité a fini par s'entretuer, provocant un cataclysme qui irradie toute la planète et obligeant les survivants à se réfugier dans l'espace. Une colonie s'installe donc sur une station en orbite autour de la Terre et y reste pendant trois siècles. Les humains y vivent en vase clos, ne pouvant que recycler ce qu'ils ont pu sauver car il leurs est impossible de renouveler leurs ressources. Cette solution ne peut donc être que provisoire et au moment où débute l'histoire, il n'y a pas d'autre solution de que soit retourner sur Terre ou soit mourir dans l'espace.
L'auteure décrit une société aux lois draconiennes pour des raisons de survie. Certains sont sacrifiés pour que les autres aient une chance de survie. Car tout est là: ils survivent.  Seulement il est dans la nature humaine de refuser de se sacrifier et de rechercher la satisfaction immédiate de désirs égoïstes. Les survivants ont beau connaître les conséquences, ils enfreignent quand-même les lois qui existent pour les protéger, même si elles sont dures. Ils ne peuvent s'empêcher de crier à l'injustice, poussé par le sentiment qu'on les empêche de vivre.
Il y a quatre personnages clé au centre de ce roman. Quatre adolescents: Clarke qui suit une formation de médecin, Glass qui fait partie de l'élite, car dans toute société, il y a les privilégiés et les laissé-pour-compte, Wells qui est le fils du Chancelier, autrement dit, le chef de la Colonie et Bellamy, qui est issue de la plèbe.
Les deux garçons ont une personnalité intéressante et ce sont eux qui me sont le plus sympathiques. Clarke est une fille bien mais, peut-être à cause de son jeune âge, manque de recule et de discernement. Son humanité l'empêche de comprendre où se situe réellement la vraie compassion. Comme on dit: le chemin de l'enfer est pavé de bonnes intentions. Glass, quant à elle, est assez insignifiante, bien que gentille et généreuse.

26 mai 2015

Règles d'or de la musique d'ensemble

"Jouez tous la même pièce. 
Arrêtez vous à  chaque signe de reprise et discutez longuement pour savoir si on reprend ou non. L'auditoire aime beaucoup cela.
Si tu joues une fausse note, jette un regard furieux vers l'un de tes partenaires.
Garde toujours ton tableau de doigtés à portée de main. Tu pourras toujours rattraper les autres.
Accordes soigneusement ton instrument avant de jouer. Ainsi, tu pourras jouer faux toute la soirée avec la conscience tranquille.
Prends ton temps pour tourner les pages.
Une note juste au mauvais moment est une fausse note (et vice-versa).
Si tous les autres se trompent sauf toi , suis ceux qui se trompent.
Veille à  obtenir le plus de NPS (notes par seconde). Tu gagneras ainsi la considération des incompétents.
Les indications de nuances, de liaisons, d'ornements, ne doivent pas être observées.  Elles ne sont là que pour faire joli.
Si un passage est difficile, ralentis. S'il est facile, accélère. Tout s'arrangera à la fin.
Si tu es complètement perdu, arrête tout le monde et dis: "il me semble que nous devrions nous accorder".
Heureux ceux qui n'ont pas l'oreille absolue car le royaume de la musique leur appartient.
Si par ta faute, l'ensemble a dû s'arrêter, explique en détail pourquoi tu t'es trompé,  tout le monde sera très intéressé.
Une interprétation authentique est réalisée quand il ne reste plus une note de l'original. 
Quand tous les autres ont fini de jouer, tu ne dois pas exécuter les notes qui te restent.
Une fausse note jouée avec timidité est une fausse note. Une fausse note jouée avec autorité est une interprétation."



Á méditer...

23 mai 2015

Les effets de la musique sur notre perception

"Jouer un refrain complet un ton au-dessus du reste de groupe, se lancer dans un solo alors que le chanteur entame juste le second couplet, jouer 4 notes de trop après que tout le monde s’est arrêté net à la fin du morceau : les effets de l’alcool sur le musicien sont connus depuis longtemps. Mais on avait encore jamais entendu parler des effets de la musique sur le sens du goût, et sur la perception du vin en particulier.
Or, Charles Spence et Qian Wang, deux psychologues de l’Université d’Oxford viennent de montrer que le contexte sonore joue sur nos impressions gustatives : pour peu qu’ils ne soient pas bus en écoutant la même musique, deux verres du même vin sont ainsi perçus comme provenant de deux crus distincts. Étonnant? Pas tant que ça si l’on considère que des neurologues ont récemment établi des connexions entre les zones du cerveau se rapportant à l’odorat et à l’audition.
Pas étonnant non plus lorsqu’on sait que la musique d’ambiance en supermarché influence nos comportements d’achat (dans un supermarché anglais, lorsqu’on passe de la musique française, il se vend plus de vin français, et lorsqu’on passe de la musique allemande, c’est l’inverse) tandis que la musique classique pousse à acheter des vins plus chers que ceux qu’on achète en écoutant le Top 50, et que la musique forte pousse à boire en plus grande quantité et plus vite.
Bref, il semble bien que le pouvoir de la musique soit bien plus concret qu’on ne l’imaginait, au point qu’on nous vendra peut-être bientôt des disques comme exhausteur de goût au rayon surgelés. Kind of Blue pour brandade de morue, La Flûte enchantée pour poêlée forestière, Highway to hell et son gratin de courgettes… Voilà bien une aubaine que l’industrie du disque était loin d’imaginer : se faire digérer par l’industrie agroalimentaire!"
Audiofanzine.

21 mai 2015

Disparue

 
 
 
J'ai beaucoup aimé cette série dramatique que j'ai trouvé aussi bonne que "Broadchurch" et dont je pense qu'il est inutile de faire un remake à la française.
François-Xavier DEMAISON, dans le rôle de l'enquêteur, et Pierre-François MARTIN-LAVAL, dans le rôle du père, sont excellents dans ce registre dramatique. La tension est optimale, sans être excessivement oppressante et le suspense est bien mené.

20 mai 2015

Les Rois des sables

 
 
Par George R.R. MARTIN, auteur du Trône de fer.
C'est un recueil de plusieurs nouvelles. La première est surprenante.
 
Par la Croix et le Dragon.
Dans un future qu'il est impossible de situer, probablement dans un soucis d'universalité, l'Église Catholique toute puissante règne sans partage sur plusieurs mondes et combat toute forme d'hérésie menaçant son pouvoir politique. C'est une réflexion sur la foi, le besoin de croire en quelque chose, sur l'absurdité de croire de façon primaire en des évènements scientifiquement impossibles et sur la place que nous accordons à la vérité. La tolérance et l'ouverture d'esprit sont au cœur de cette fable.
 
Âprevères.
L'histoire de cette nouvelle-ci ne se passe pas sur Terre, à priori. Dans un monde où l'hiver dure plusieurs années, la période de grand-hiver (tient, tient ! Ça me rappelle quelque chose), vit Shawn, une adolescente de 16 ans, qui lors d'une expédition loin de sa famille, se retrouve prisonnière d'une femme qui se sert de la technologie d'un vaisseau spatial pour lui faire croire qu'elle a des pouvoirs magiques. Shawn fini par se sauver et rentrer chez elle où son statut, au sein de sa communauté, a changé.
Je ne suis pas sûre d'avoir bien compris le sens de cette fable.
 
Dans la Maison du Ver.
L'auteur décrit ici une société décadente, vivant sous terre, dans des tunnels, sur les vestiges d'une ancienne civilisation, dans un monde ravagé à peine éclairé par un soleil moribond.
Au début, je pensais que le héros de l'histoire était Annelyn: très beau et d'une condition sociale élevée; mais c'est un personnage fat, orgueilleux, à l'esprit plein de vacuité.
Ensuite, j'ai pensé que le personnage central était Le Viandard: anti-héros laid, marginal, que les autres aimeraient bien ostraciser s'il n'était pas si utile à sa communauté. "Sa" communauté ? Quel est donc son lourd secret ?
Mais l'affrontement entre Annelyn et Le Viandard va révéler leur vrai visage.
Dans cette fable c'est la tolérance et l'ouverture d'esprit qui sont à l'honneur. L'auteur milite pour le métissage des gens avec l'idée que cela peut renforcer l'espèce et la faire évoluer.
 
Vifs-amis.
J'avoue que cette histoire-là me laisse perplexe. Est-ce que cela parle d'amour et du deuil ?
En résumé, c'est un homme qui depuis 10 ans voyage dans l'espace à la recherche de ce qui pourra lui permettre de retrouver celle qu'il aime. Il est la poursuite d'un rêve de jeunesse: les étoiles.
 
La cité de pierre.
Là encore je n'ai pas compris le sens de l'histoire.
Nous suivons les déboires de Mickaël HOLT qui rêvait de parcourir la galaxie à la découverte des mondes les plus extraordinaires et qui se retrouve coincé sur un monde-étape mort et déprimant, faute de vaisseaux pour continuer sa route. 
 
La dame des étoiles.
Cette histoire là est également déprimante. Pas de héros, donc pas d'actes héroïques, pas de justice, pas de happy end. Juste des traîne-misère sur un planétoïde appelé le Caillou qui sert de zone de frets pour les vaisseaux interstellaires. Un ramassis de macs, de trafiquants en tout genre, de prostituées et d'homme de main. Pas d'espoir non plus; ai-je besoin de le préciser ? 
 
Les rois des sables.
Cette nouvelle est la plus déprimante de toutes et même la plus cauchemardesque. En résumé, l'analogie est que nous sommes des insectes sans cervelle, parasites et grouillants, que rien n'arrête, et que "dieux" est un crétin malveillant, à l'image de qui nous nous façonnons.

14 mai 2015

Forever

 
 
C'est une série policière: des meurtres, des enquêtes, des criminels arrêtés. La particularité c'est que le héros, le médecin légiste, soit immortel. Il meurt, son corps disparaît et il réapparaît dans la rivière du coin, nu comme un ver. Et ça depuis deux siècles au cours desquels il a acquis tellement de connaissances, qu'il est un expert hors normes.
C'est à mi-chemin entre "Body of proof", "Highlander" et "Sherlock".
C'est amusant sans plus. Les personnages sont sympathiques et on en reste là.

13 mai 2015

Stalker

 
 
Avez-vous l'impression étrange qu'on vous observe ? Le sentiment que quelqu'un a touché à vos affaires ? Recevez-vous des coups de téléphone bizarres ? Vous êtes certainement victime d'un harceleur. Vous pensez que vous êtes en sécurité chez vous mais en réalité Internet et les réseaux sociaux sont autant de portes d'entrée donnant accès à votre intimité.
Le Lieutenant Beth DAVIS (alias Maggie Q), de la police de Los Angeles, elle-même victime d'un harceleur, est à la tête d'une unité spécialisée dans l'évaluation des menaces et le traitement des cas de harcèlement. L'idée étant d'arrêter le criminel avant qu'il n'aille trop loin.
Pour cette série policière, l'idée est bonne car qui n'a jamais rêvé d'empêcher le crime avant qu'il n'ait lieu ? Faire de la prévention ?
La série met aussi en lumière la facilité avec laquelle les comportement déviants se généralisent. Peut-être parce qu'à un moment, on se croit tout permis ? Pourquoi respecter la vie privée des autres alors que ceux-ci l'exposent sans pudeur, ni retenue ? 

12 mai 2015

Catisfaction = allergène ?

 
 
Depuis quelques temps, mon chat avait son œil gauche enflammé, rouge et larmoyant et je ne savais pas d'où cela venait. Le vétérinaire l'ayant examiné avait dit: pas de cornée abîmée, pas de corps étranger dans l'œil, c'est très probablement une allergie.
Oui mais à quoi ?
Mon chat est allergique aux crustacés; la pâtée aux crevettes le fait vomir. Il me fallait donc déterminer la cause de son allergie.
Pour le récompenser d'être rentré quand je l'appelais, ou pour le réconforter après l'application de son traitement antipuces, je lui donnais des petites croquettes de Catisfaction, généralement au saumon. J'ai cessé de lui en donner et au bout de quelques semaines, son œil est redevenu normal.
La réaction n'ayant pas été immédiate, je ne peux pas être sûre que ce soit bien ça qui ait provoqué l'inflammation de son œil; d'un autre côté, c'est la seule chose qui ait changé.

22 avril 2015

L'Épée de Vérité, le troisième royaume, tome XIII



J'avais laissé Kahlan et Richard, à la fin du tome XII, entre les griffes de la démoniaque Pythie-Silence et l'issue n'était pas garantie. Heureusement Richard réussit à la vaincre, mais pas sans y laisser des plumes. Un peu comme si chaque combat devait lui coûter cher. Comme dit l'adage: à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
Une fois de plus, nos héros sont dans l'urgence: rentrer au plus vite au Palais du Peuple car la mort de la Pythie-Silence a contaminé Kahlan et Richard d'une terrible souillure, qui les entraine inévitablement vers la mort s'ils ne sont pas soignés à temps. Et ce n'est pas la seule mauvaise nouvelle. Ce serait trop simple sinon.
Une fois encore, la guerre d'il y a 3.000 ans a des répercutions sur le présent. Le conflit opposant l'empereur SULACHAN à Magda SEARUS et le Sorcier MERRIT, n'était qu'en sommeil; elle reprend de plus belle. La vie même est menacée.
Á chaque fois, on monte d'un cran. L'ennemi à abattre est plus terrifiant que les précédents. Ils sont tapis dans l'ombre en attendant leur heure.
Même si j'ai, une fois de plus, beaucoup aimé, je reconnais l'avoir lu avec moins d'enthousiasme. L'auteur, Terry GOODKIND, a un peu tendance à se répéter.

18 avril 2015

Méthodes de violon

Voici quelques mois que je prend des cours pour apprendre à jouer du violon. Voici la méthode que j'utilise:
 
 
 
Elle est très pratique et ludique. En effet les exercices sont progressifs: les notes des cordes à vide, puis les notes avec le 1er doigt, puis celles du 2é, etc. Avec le CD d'accompagnement, c'est encore plus satisfaisant car cela donne l'impression de savoir jouer.
Maintenant que j'utilise le 3é et 4é doigt, j'apprend avec une 2é méthode spécifique à la musique irlandaise, que j'adore.
 
 
 
 
Les morceaux de musique traditionnelle irlandaise sont plus difficiles mais cela permet de maintenir l'intérêt. C'est dommage que se soit tout en anglais, mais surtout que tous les exercices ne soient pas sur le CD. Cela m'aide beaucoup de connaître la mélodie. Heureusement, comme se sont des chansons connues, je les retrouve sur YouTube.



17 avril 2015

Mob City

 
 
Dans la même veine que "L.A. Confidential" ou "Les Incorruptibles", cette série très sombre relate la guerre plus que sanglante entre la police de Los Angeles et la Mafia, dans les années 40. Le chef de la police, William PARKER, dit Willy le Boy Scout, doit lutter contre la pègre, mais aussi contre la corruption au sein de ses rangs. Face à lui, Bugsy SIEGEL et Mickey COHEN.
Ambiance de polar noir, costume trois pièces, borsalino et chaussures bicolores où se mêle les intrigues, les trafics, les trahisons et les amours.

15 avril 2015

Chosen

 
 
Les paranoïaques s'abstenir ! Cette série là est particulièrement anxiogène. Comment transformer un individu lambda en tueur en série ? Lui déposer devant sa porte une boite avec son nom dessus et contenant une arme et la photo de la personne qu'il ou elle doit tuer dans les trois jours qui suivent. Lui faire également comprendre que la police ne peut rien pour lui, que sa famille est aussi en danger. Là on le regarde se débattre entre ses valeurs morales et son désir de se protéger, lui et les siens. Car toute la question est là: tuer ou être tuer. Commence alors une course contre la montre. Comment ne pas se faire avoir par la personne qui a reçu votre photo ? Comment gagner du temps pour trouver une solution et se sortir de se guêpier ? Comment rester un homme bien aux mains immaculées tout en sauvant femme et enfant ? Voilà ce à quoi est confronté Ian MITCHELL (Milo VENTIMIGLIA, vu dans "Heroes"), avocat, un beau matin. Pourquoi lui ? Par qui, comment et pourquoi ? Mystère.
Est-ce une façon d'appuyer là où ça fait mal ? De nous renvoyer à nos plus bas instincts ? Démontrer que la civilisation ne peut rien contre notre capacité à faire du mal ? Sommes-nous juste des animaux technologiques prêt à tout pour survivre ? Est-ce mal de tuer pour se défendre ? Je suppose que tout est question d'équilibre.

14 avril 2015

N.C.I.S. Nouvelle Orléans

 
 
Nouveau spin-off de la franchise "N.C.I.S.", après LOS ANGELES, voici LA NOUVELLE ORLÉANS. L'équipe est composé de Dwayne PRIDE, dit le King et interprété par Scott BAKULA (Sam BECKET dans "Code quantum", le capitaine Jonathan ARCHER dans "Star trek Enterprise"). C'est un personnage sympathique, sans agressivité, qui fait ce qu'il a à faire, parfois au mépris des ordres de la hiérarchie et de sa politique. Dans le rôle du gentil macho dragueur au grand cœur, c'est Christopher LA SALLE, joué par Lucas BLACK. Ce personnage est moins insupportable de celui d'Antony DI NOZZO. L'alter égo de l'agent TODD est Meredith BRODY (Zoé MacLELLAN), nouvellement arrivée. Et pour finir, nous retrouvons CCH POUNDER qui campe le légiste, Dr Loretta WADE, que j'ai découvert dans "Bagdad Café", puis dans "Urgence" et dans "Warehouse 13". C'est divertissant mais sans originalité. C'est une nouvelle variation sur un même thème. Toujours les enquêtes criminelles concernant la NAVY. Le cadre des beau et la musique est bonne.

13 avril 2015

Auditions de l'Arc Musical

En ce très beau dimanche 12 avril, se tenait des auditions pour les élèves de l'école de musique l'Arc Musical à la salle des fêtes de Sainte Pezenne. Les enfants et les adolescents ont donc montré ce qu'ils savaient faire devant une assemblée de parents ébahis et subjugués. Les plus jeunes étaient vraiment très mignons. Nous avons eu droit à une histoire de chat, à du RENAUD, du Yann TIERSEN, du Franz SCHUBERT, à des compositions originales, etc. Le final a été assuré par deux jeunes gens au piano et au violoncelle. Ils ont été tout simplement parfait.
 
http://arcmusical.free.fr/

P.S.: merci à Max Musique d'avoir prêté le piano.

30 mars 2015

En réaction au suicide d'une adolescente, voilà à quoi sert l'école.



Je suis d'accord avec tout ce que dit cette dame. Amen !

23 mars 2015

Jean-Luc PONTY, Al DI MEOLA et Stanley CLARKE - "RENAISSANCE"


 
C'est extraordinaire, nous avons de magnifiques musiciens français surtout connu à l'étranger. On devrait entendre parler beaucoup plus souvent d'un Jean-Luc PONTY que d'un André RIEU.

16 mars 2015

Angor

 
 
Par Franck THILLIEZ
Ce roman nous plonge dans les profondeurs de l'abjecte et de l'infâme, sur les traces de tueurs en série et de trafiquants de vies humaines. Ce n'est pas une mauvaise histoire mais je trouve que ce n'est pas aussi bien écrit, ni aussi bien mené que les romans de Maxime CHATTAM, qui reste mon auteur de thriller préféré.
Le point de départ est la quête de Camille THIBAULT, technicienne de la gendarmerie scientifique de Lille. Elle est greffée du cœur et éprouve le besoin viscéral de connaître son donneur, ce qui est parfaitement illégale puisque le don d'organe est anonyme et ultra confidentiel. Mais à cœur vaillant, rien d'impossible. C'est le cas de le dire.
En parallèle, La police criminelle du 36 quai des Orfèvres enquête sur un trafique d'êtres humains. Les deux enquêtes finissent par se rejoindre et la gendarme fait équipe avec les policiers.
Ce que je retiens de cette histoire c'est l'importance du don d'organe. Je pense que l'auteur veut sensibiliser ses lecteurs car le sujet est grave. Beaucoup de gens sont en souffrance à cause de maladies ou d'accidents pour lesquels un don d'organe est vital mais la pénurie d'organes disponibles entraine des décès et des situations des plus dramatiques pour des familles qui doivent affronter le deuil. Je suis pour le don d'organe et ma famille le sait. Mon point de vue est qu'une fois mort, c'est terminé. On ne ressent plus, on ne pense plus. Et préférer voir son corps se décomposer, manger par les vers comme on dit, plutôt que donner une chance de vivre à une ou plusieurs personnes, est totalement absurde. Sous le coup du choc d'une mort prématurée, les familles peuvent refuser le don d'organes par refus de profanation du corps, mais je trouve que cette réaction, sous couvert d'émotions violentes, est irrationnelle. Qu'un enfant meurt dans un accident de la route par exemple et c'est le drame. Des parents éplorés, ne sachant pas comment réagirent. Mais prenons le temps d'y penser à froid, sans implication émotionnelle et là on se rend compte que le don d'organe peut aider à faire son deuil, à rendre une mort accidentelle moins inutile ou moins incompréhensible. Comme un message du destin: certains meurent pour que d'autres vivent.