29 février 2008

L'Atomium


Un peu de géométrie dans l'espace !

28 février 2008

27 février 2008

Battlestar Galactica, saison 2

Je suis en train de regarder la saison 2 de "Battlestar Galactica".
La tendance à plus de noirceur se confirme. C'est en même temps un peu moins kitch que la 1re série, car plus adulte et moins naïve. Le message est aussi plus clair: ça nous parle de nous et met en lumière le côté obscure de l'humanité. Je trouve que les Cylons ont un côté Pinocchio. Ce qui est très présent également, c'est la spiritualité. Les humains croient en plusieurs dieux (ceux de la Grèce Antique) et les Cylons, en un dieu unique; mais tous croient en quelque chose. Je ne peux pas m'empêcher de faire un parallèle avec ce qui se passe dans la réalité où des hommes tuent au nom de leur dieu. Les Cylons reprochent aux humain, entre autre chose, d'adorer de fausses idoles. Ça m'évoque quelque chose... Á mon humble avis (et il est tout personnel) c'est que quelque soit le nom qu'on lui donne et le visage qu'on lui prête, qu'il soit unique ou multiple, l'image que les gens ont de dieu n'est qu'une représentation culturelle; ce n'est que la forme. Le fond lui est le même. Et se battre pour des images ou des noms différents est absurde car c'est s'opposer pour des chimères ! C'est nier notre diversité. Pour tout ceux qui croient, l'important n'est-il pas de croire ?

Perroquet


26 février 2008

25 février 2008

24 février 2008

23 février 2008

28 jours plus tard

Je viens de regarder le film "28 jours plus tard" avec Cillian Murphy, dont "Je suis une légende" est un remake. L'idée de base est effectivement la même: un virus transforme les être humains en monstres sanguinaires, mais la comparaison s'arrête là. C'est l'histoire d'un jeune homme qui se réveille à l'hôpital après un coma et qui se retrouve dans un Londres désert et sans la moindre idée de ce qui a pu se passer. Il rencontre d'autres survivants et là encore, c'est une lutte du bien contre le mal, sauf qu'il y a du mal aussi dans le bien. Comme si le virus ne faisait que révéler la nature profonde de l'Homme qui est destructrice, voire autodestructrice. Si on enlève l'éducation, la sociabilisation, l'affection, la compassion, il ne reste que l'instinct: tuer ou être tuer. Il n'y a pas de remède, pas de solution, pas d'espoir. L'Homme est capable du pire... mais aussi du meilleur, donc la lumière est au bout du tunnel, quand même !

Le soleil à travers les arbres

22 février 2008

Balade à la Palmyre

Le week-end dernier, j'ai été prendre l'air à la Palmyre.
video

18 février 2008

La fabrique aux sentiments

Une fois n'est pas coutume, samedi je suis allée au cinéma au C.A.C. pour voir "La Fabrique aux sentiments" avec une amie. Ce n'est pas mal mais je n'ai pas compris la fin. C'est l'histoire d'une clerc de notaire séduisante et brillante mais toujours célibataire et qui décide d'y remédier en s'inscrivant à un speed dating. Á première vue ça parait simple, carré, pratique, structuré, parfait pour de jeunes cadres dynamiques qui n'ont pas de temps à perdre. Seulement voilà, les rencontres occasionnées vont se révéler artificielles et décevantes. Chaque personne joue un rôle, car il n'y a que 7 minutes pour faire l'article et se vendre. Les personnages sont désabusés, voire négatifs. Il y a comme une urgence à aimer, un désespoir.

12 février 2008

La pensée du jour

"C'est dans les villes les plus peuplées que l'on peut trouver la plus grande solitude"
Jean Racine
"Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle"
Confucius

06 février 2008

Cloverfield

Comme je n'avais rien de mieux à faire cet après-midi, je suis allée au ciné voir "Cloverfield" dont tous le monde parle tant. Et bien pour une fois, j'aurai mieux faire de m'abstenir ! Je suis partie avant la fin car je commencais vraiment à avoir envie de vomir. C'est filmé façon vidéo amateur au camescope et donc l'image bouge en permanence. Le 1er qui prétend que ça ne donne pas mal au cœur, je l'assome ! Je suis très déçue, ça ne fait même pas peur et c'est même rasoir à la longue. Bref une place de ciné gaspillée pour rien.

03 février 2008