30 décembre 2006

Rien ne va plus

L'heure est à la morosité. Ce sont les fêtes de fin d'année et tout le monde devrait se réjouir et faire la fête. Mais ce n'est pas le cas. Tout le monde est fatigué. J'entends parler autour de moi: il y a ceux dont les enfants ados leur font une vie pas possible, ceux qui s'inquiètent pour un membre de leur famille soit à cause de problèmes de santé, soit parce qu'il ou elle est avec quelqu'un qui n'est pas bien pour lui ou pour elle, ceux qui divorcent, ceux que les fêtes dépriment parce qu'ils sont seul, etc! Pourquoi est-ce que rien ne va bien ? Pourquoi est-ce que tout le monde ne pourrai pas être bien tous en même temps ?

28 décembre 2006

Eragon




Je suis allée voir "Eragon" au cinéma avec un ami. C'est de "L'héroïque Fantaisie" et j'adore ça. J'aime ces histoires aux allures de contes de Fée, ces mondes habités de démons, de magiciens, d'elfes, de nains, et d'êtres mythiques comme les dragons, les licornes, etc.
Le film était bien et j'ai commencé à lire le livre.

19 décembre 2006

Déjà Vu

Je suis allée voir "Déjà Vu" au cinéma, l'autre jour et j'ai adoré ! C'est un excellent film de science fiction que même les non-adeptes du genre pourront apprécier. Sans parler du fait que Denzel Washington est toujours aussi beau. Il faut juste rester bien concentrer. Ça pose des questions du genre: peut-on modifier le futur en empêchant des évènements d'arriver ? A-t'on le droit de modifier le passer et par conséquent le futur ? etc. Vous avez 4 heures. ;o)

18 décembre 2006

Petites phrases à savourer

Vouloir être de son temps, c'est déjà être dépassé. (Eugène Ionesco)
La beauté n'est pas un problème; il suffit d'être patient, un jour ça passe. (Monica Bellucci)
La violence est le dernier recourt de l'incompétence. (Isaac Asimov)
Le mariage c'est affronter à deux des problèmes qu'on n'a pas quand on est seul. (...)
L'intelligence c'est comme un parachute, si on en a pas, on s'écrase. (...)
La culture c'est comme la confiture, moins on en a et plus on l'étale. (...)
L'expérience est une lanterne qui n'éclaire que le chemin déjà parcouru. (...)
Si vous nagez dans le bonheur, soyez prudent et restez là où vous avez pied. (...)
Un banquier est une personne qui vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut. (...)
L'optimiste invente l'avion et le pessimiste, le parachute. (...)

14 décembre 2006

Avec un peu de bonne volonté, tout est possible


Merci ma Clairette !

Quand l'action fait place à la réflexion

Mon hit-parade perso des séries télé en ce moment est le suivant :
- « F.B.I., porté disparu »
- « Les Experts »
- « N.C.I.S. »
- « Cold Case »

Le point commun à ses 4 séries ce sont des scenarii basés sur la résolution d’énigmes par le biais de l’analyse scientifique et la confrontation des témoignages. Il n’y a plus de folles poursuites en voiture, de fusillades et d’explosions à tout bout de champ, ou de cascades, certes spectaculaires, mais pas toujours crédibles. Le style « Inspecteur Harry » est relégué au placard, place à nouveau à l’intellect, dans la lignée des romans d’Agatha Christie ou de Sir Arthur Conan Doyle. J’ai l’impression que plus ça va, plus le téléspectateur de base en a assez de la violence ; ce qui est, selon moi, une très bonne chose.

12 décembre 2006

Championnat de Région

Ce dimanche se tenait le championnat de région de Tae Kwon Do. Ne travaillant pas, j’y suis allée pour arbitrer, me levant de bonne heure, fraîche et dispose (enfin, pas tout à fait, mais vue la température dans la salle omnisport, à défaut d’être fraîche, j’étais glacée). Dans l’ensemble la journée s’est bien passée ; bien qu’une fois de plus, nous n’étions pas assez d’arbitres confirmés et nous avons dû compter sur la bonne volonté de bénévoles venus rendre service mais trop inexpérimentés pour être vraiment opérationnels ; malgré tout, heureusement qu’ils étaient là, sinon on n’était pas dans la mélasse !
Les compétiteurs du Sojjok Kwan-La Rochelle-Mauzé-Rocheford… (clubs associés puisque le professeur est soit Manuel Baptista lui-même, soit un de ses élèves devenus enseignant) étaient les plus nombreux et comme d’habitude, ils ont raflé tout ce qu’ils devaient raflé. Dans les gradins, à droite il y avait l’équipe Sojjok Kwan et à gauche le club de Magné, autre très gros club. Pour les finales, ça a été chaud, chaud, chaud !

07 décembre 2006

L'Automne

Jour et nuit, il pleut sur les toits de la ville.
Et le vent souffle tel un furieux ennemi.
Il fait tomber les feuilles qui pourrissent ;
Nous privant ainsi des couleurs de l’Automne
Et les journées s'écoulent monotones.
Le ciel, triste et gris, n’inspire qu’humeur maussade et ennui.
Seule la douceur du temps nous réjouit,
Car fleurissent les fleurs bien à l’abri.

Chat alors ?!

Au cas où certains auraient encore des doutes: j'adore les chats. Voici quelques photos chapardées sur Internet ! ;o)







05 décembre 2006

Noël et la ville

Nous sommes à moins d’un mois de Noël et la ville s’est habillée en fête ! Les décorations sont installées ; une patinoire a même été montée place de la Brèche et le marché de Noël est ouvert.

Les travaux pour transformer le centre ville en zone piétonnière continuent ; ainsi que ceux qui consistent à creuser pour faire un parking sous terrain et un centre commercial sous la Brèche toujours. Niort bouge et se transforme.

Championnat de France Espoirs

Le 14 janvier prochain, je suis à Paris pour le Championnat de France Espoirs, comme arbitre National !! Cette fois-ci, je n'irai pas avec mon club; d'ailleur je ne sais pas si le Sojjok Kwan y envoi des compétiteurs. J'ai été convoqué par la Fédération. J'y vais donc seule comme une grande, aux frais de la Fédé qui me payera mes frais de déplacement !!! Je pense même qu'à cette occasion, on va me fournir (m'offrir ?) la tenue officielle ! Pour celles et ceux que ça intéressent la compétition se tiendra au stade Pierre de Coubertin, 82 av Georges Lafont, Paris 16é. Á bon entendeur salut. ;o)

03 décembre 2006

Le Sommeil

Á peine arrivée et je vais m’effondrer !
Blottie tout au fond de mon lit parfumée,
Sous ma couette douillette, suprême félicité
Dormir, parenthèse qui nous fait exister.
Oublier la journée et toutes ses corvées.
Oublier pour un temps la vie écoulée.
M’endormir et m’enfuir au pays de Morphée
Instant précieux que le moment du couché.

29 novembre 2006

Orgueils et Préjugés

J’adore ce roman de Jane Austin. Cette histoire est romantique à souhait. J’ai lu le livre quatre fois, j’ai vu la série trois fois (je viens juste de l’acheter en DVD) et j’ai été voir le film au cinéma. Si je devais être un personnage de fiction, je serais Elisabeth Bennet. Elle est intelligente et légère, responsable et pleine d’humour, élégante et rebelle. Elle décide de mener sa vie comme elle l’entend, de se marier selon son cœur ou de ne pas marier du tout. Postulat difficile à l’époque de l’histoire. C’est une histoire digne des contes de fées : une jeune fille de condition modeste qui tombe amoureuse puis finit par épouser un jeune homme riche. Le mythe de la bergère et du prince en somme !

28 novembre 2006

Mes cousines

Puisque mes cousines ne m'envoient pas de photos, je leur en ai barboté sur leur blog. Donc voici Pauline, Sophie et même Stéphanie (qui me ressemble mais qui est beaucoup plus jolie que moi).

Pauline

Sophie

Les trois Grâces (Sophie, Pauline et Stéphanie)

27 novembre 2006

Les photos de l'Ile d'Oléron

Comme promis, voici les photos que j'ai prise samedi sur l'ile d'Oléron.

Le Bassin de l'ile d'Oléron, prise de la Citadelle.





Les bateaux au pied de la citadelle.


La Citadelle, ou ce qu'il en reste.


Les rues de l'Ile

La mode d'hiver Oléronnaise.

26 novembre 2006

Week-end à Bourcefranc le Chapus

Je viens de passer deux jours en Charente maritime, près de l’Ile d’Oléron et ça fait du bien. J’ai profité de samedi pour aller faire quelques photos sur la citadelle, ou ce qu’il en reste, de l’Ile d’Oléron ; il n’y avait pas assez de vent pour faire un tour de Hobbie Cat. Aujourd’hui, tour de bateau à moteur et pique-nique (au menu: huitres, poulet roti ET Champagne !!) près de l’Ile d’Aix. Il a fait très beau et c’était bien agréable. Les photos prises samedi suivent, dès que je les ai récupérées.
Par contre, je me suis fait piquer, une fois de plus par ... un moustique !!! Un survivant !!!! NOOONNN !!!!! D'accord, il fait doux, mais quand-même, il fait moins de 20°. Serait-ce une nouvelle forme de moustiques ? Une autre étape dans l'évolution du moustique ? Le moustique devient annuel ! Au secours, tout le monde aux abris !! En tout cas, cette sale bête ne m'a pas raté: il m'a piqué sur la figure, au niveau de l'oeil. Ma paupière a gonflé, ce qui me fait une tête "d'elephant woman". Et je dois aller bosser aujourd'hui. Aaarrrrr !

23 novembre 2006

La Belgique

Puisque mon frère vit en Belgique où il est étudiant depuis quelques années, j'ai eu envie d'en savoir un peu plus. Voici donc un article sur La Belgique, téléchargé sur Internet, regroupant des notions d'histoire, de géographie et culturelles.
Le Royaume de Belgique est un pays de l'Europe de l'Ouest ayant une frontière commune avec les Pays-Bas, l'Allemagne, la France et le Luxembourg. Il est bordé au nord-ouest par la mer du Nord. Il s'étire sur une distance de 318 kilomètres entre Ostende et Arlon.
La Belgique est membre du Benelux, de l'Union européenne — dont il est l'un des six pays fondateurs — et de l'OTAN.
Mélange des cultures germanique et latine, le pays est divisé culturellement et linguistiquement. Les deux langues principales sont le néerlandais, parlé par environ 58-59% de la population (6 millions de locuteurs) au nord en Région flamande ; et le français, parlé par environ 40-41% de la population (4,2 millions de locuteurs) au sud en Région wallonne mais aussi en Région bruxelloise (enclavée en Flandre) où il est la langue très nettement majoritaire. La capitale Bruxelles, donc surtout habitée par des francophones, dispose d'un statut bilingue. Une minorité germanophone est aussi présente dans l'Est du pays ; l'allemand est parlé par moins de 1% de la population belge. Cette diversité linguistique provoque souvent des conflits politiques, qui ont engendré un système de gouvernance complexe.
Dans l'Antiquité, le peuple belge se composait de tribus gallo-romaines et celtes, que Jules César appela Belgae. À la fin du Moyen Âge jusqu'au XVIIe siècle, les Pays-Bas du Sud furent un important centre industriel et culturel. Depuis le XVIe siècle jusqu'à la création de la Belgique en 1830, ce territoire fut également le lieu de nombreuses batailles entre les puissances européennes.
Durant les deux millénaires, la région aujourd'hui couverte par la Belgique a été le théâtre de bouleversements démographiques, politiques et culturels. Les premières traces de civilisation bien documentées remontent à l'invasion de la région par l'Empire Romain au Ier siècle av. J.-C. Selon Jules César : « Horum omnium fortissimi sunt Belgæ ». Les Francs établirent le Royaume mérovingien, qui devint l'Empire carolingien au VIIIe siècle.
Au Moyen Âge, les Pays-Bas étaient divisés en une multitude d'États féodaux qui occupaient la région. La plupart furent unifiés aux XIVe et XVe siècles par les Bourguignons. Ces États gagnèrent une certaine indépendance au XVe siècle et se nommaient les dix-sept Provinces.
Les Pays-Bas du Sud catholiques (l'actuelle Belgique à peu près) se distinguèrent des Pays-Bas du Nord calvinistes à partir du XVIe siècle. Ces derniers firent sécession en 1581 avec de Akte van Verlating. Ils ne reconnaissaient plus le très catholique roi d'Espagne Philippe II comme leur souverain. Ainsi, les dix-sept provinces furent coupées en deux ; dans le Nord, les Provinces Unies et, dans le Sud, les Pays-Bas du Sud. Cette partie fut administrée successivement par les Habsbourg espagnols puis autrichiens. Jusqu'à la création de la Belgique, les Pays-Bas du Sud furent convoités par de nombreux conquérants français et furent le théâtre de plusieurs batailles qui virent ces derniers affronter des coalitions dirigées tantôt par les Provinces-Unies (notamment la bataille de la Peene à Noordpeene en 1677, qui causa le rattachement d'une petite partie de la Flandre à la France), tantôt par les Autrichiens.
Après la Révolution française, les Pays-Bas du Sud intégrèrent la France, suite à un référendum en 1792, ce qui mit fin aux ambitions des Espagnols et des Autrichiens. La réunification des Pays-Bas eut lieu à la fin du Premier Empire français en 1815.
Composée de l'ancienne partie méridionale des Pays-Bas espagnols (sauf l'actuel Grand-Duché du Luxembourg, qui est devenu indépendant des Pays-Bas plusieurs années après la Belgique), puis autrichiens, et de l'ancienne Principauté de Liège, le Royaume de Belgique fut instauré après la révolution belge de 1830 qui chassa les Hollandais. Il fallut trouver un roi. La chose ne fut pas aisée. Un Allemand, duc de Saxe-Cobourg fut finalement choisi; Léopold Ier devint le premier roi des Belges. En 1885, son fils Léopold II créa l’État indépendant du Congo qui fournit des matières premières à l’industrie belge. En 1908, le parlement belge vota l’annexion du Congo et de ses riches ressources, qui devint colonie belge.
Elle fut occupée par l'Allemagne pendant les Première et Seconde Guerres mondiales. Depuis, le pays a prospéré et est devenu l'un des pays les plus modernes d'Europe. Le pays entre dans la CEE et son économie se tourne plus vers les pays européens. En 1960 la Belgique accorde l’indépendance au Congo au bout de quelques mois.
La Belgique, qui a adhéré à l'OTAN, fut l'un des pays fondateurs de l'Union européenne et fait partie de la zone euro. L'histoire contemporaine est dominée par les évolutions de plus en plus autonomes de ses deux communautés principales, la Communauté française de Belgique et la Communauté flamande. La Belgique est secouée par une montée de nationalisme flamand depuis les années 1960. Le pays est en voie d'éclatement suite à une volonté des partis flamands sous la pression du Vlaams Belang (Parti politique d'extrême droite nationaliste flamand). Ce mouvement est aujourd'hui le deuxième parti de Flandre avec 25% d'intentions de vote.
Lors de l'indépendance de la Belgique en 1831, le français fut choisi comme langue officielle unique : pourtant, la partie wallonne du pays ne représentait qu'une moitié territoriale de la Belgique tandis que la partie flamande en constituait à peu près l'autre moitié. Ce fut la source de profonds malentendus à venir entre les deux communautés linguistiques du pays, mais aussi à l'intérieur de la communauté flamande, dans la mesure où le choix du français fut le fait des élites sociales tant flamandes que bruxelloises ou wallonnes. Cette langue officielle unique, qui n'était pas parlée par le peuple flamand ni par une majorité des wallons à l'époque, n'était pas un parti-pris de l'État en faveur de la partie wallonne du pays, mais plutôt uniquement en faveur d'une langue qui était alors perçue par l'État belge comme le facteur d'union.
Dès la deuxième moitié du XIXe siècle, le mouvement flamand pris de l'ampleur, notamment en réaction à "l'État belge". Les Flamands se sentaient dépossédés de leur culture, mais surtout ils percevaient que leur représentation administrative et linguistique au niveau national ne correspondait pas à leur poids réel dans le pays. En Flandre même, une élite locale issue de la haute bourgeoisie flamande, avait adopté la langue française et dominait l'économie de la région (banques, finance, joailliers d'Anvers, grands industriels, etc.) : on les appelait les Fransquillons (du néerlandais "Franskiljons", littéralement les "petits Français").
Tous ces éléments contribuaient à une sorte de sentiment général d'aliénation au sein de la population flamande et en particulier de la petite bourgeoisie. En 1898, l'État belge reconnut la langue néerlandaise comme deuxième langue officielle du pays, toutefois le territoire flamand (au nord) restait officiellement bilingue (jusqu'en 1921 et 1932 où il fut par étapes proclamé unilingue) et l'agglomération bruxelloise continuait à se franciser. Néanmoins, dans de nombreuses institutions nationales, le français dominait encore largement : dans l'armée, les administrations, etc. Au cours de la Première guerre mondiale, le Front Partij animé par des démocrates-chrétiens mit en évidence le fait que cette armée, composée de soldats flamands en majorité (car les Flamands ont toujours été majoritaires), était toujours unilingue francophone officiellement, ce qui était souvent perçu comme une certaine humiliation par les soldats flamands. Francis Balace écrit: Flamands, Wallons et Bruxellois sont mélangés au sein des unités et commandés exclusivement en français, tandis que l'argot militaire tire indistinctement des deux langues ses expressions savoureuses.
Le nationalisme flamand repris donc de l'ampleur après la fin de la guerre.
Certains, comme Giovanni Carpinelli, affirment qu'il est devenu hégémonique en Flandre dans les années 1920. Tandis que dans la Wallonie de l'entre-deux-guerres, le mouvement ouvrier se focalise autour d'objectifs socialistes globaux (suffrage universel, améliorations sociales, réformes économiques), le mouvement flamand englobe avec la démocratie chrétienne une partie du mouvement ouvrier. C'est ainsi qu'apparaît une classe dirigeante flamande, défendant les intérêts de la Flandre. Le mouvement wallon se réveille cependant notamment face à la politique de neutralité adoptée par la Belgique en 1936 dans la perspective d'un deuxième grave conflit mondial. La classe dirigeante francophone s'identifie dès le début au projet national belge qui réussit en 1830 et elle mise sur la richesse industrielle de la Wallonie, alors première région industrielle du monde en termes relatifs.
Après la seconde guerre mondiale, l'économie de la partie wallonne du pays s'essouffle. Conscientes de cet essoufflement, les élites politiques wallonnes déposent en vain au parlement plusieurs propositions de révisons de la Constitution dans le sens fédéral: en 1947 dans la ligne du Congrès national wallon, en 1952 avec Joseph Merlot. Cette revendication perce aussi dans de graves mouvements insurrectionnels comme avec le Gouvernement wallon séparatiste esquissé en 1950 lors de l'épilogue de la Question royale, au cours de la Grève générale de l'hiver 1960-1961. Ou bien encore par des initiatives prises en commun avec les Flamands comme l'Accord Schreurs-Couvreur fin 1952. Le Pétitionnement wallon organisé dans la foulée de la grande grève de 1960-1961 exigeait que l'adaptation (défavorable aux Wallons) des sièges parlementaires aux chiffres de la population soit postposée avant la réforme constitutionnelle et que celle-ci puisse s'opérer par voie référendaire d'initiative populaire. 645.4999 signatures furent recueillies soit le tiers de l'électorat wallon (et plus de 100.000 à Bruxelles).
Les Flamands, portés par une économie florissante, exigeaient désormais la réalisation de revendications politiques et institutionnelles : fixation de la frontière linguistique (1962-1963), flamandisation totale des universités situées en territoire flamand (1968 : les Francophones sont expulsés de l'Université de Louvain), etc.
Selon la thèse de Michel Quévit dans Les causes du déclin wallon, EVO, BXL, 1978, le mouvement flamand est uni derrière la défense d'un intérêt commun, et le mouvement wallon écartelé entre un mouvement ouvrier internationaliste et une classe dirigeante à la recherche de son seul profit ; dans cet ouvrage il estime que la "classe dirigeante wallonne" n'était pas solidaire de sa communauté (Robert Devleeshouwer) à la différence de la classe dirigeante flamande ; il ajoute que cette classe dirigeante francophone est demeurée indifférente aux difficultés économiques de la Wallonie. Au sein du parlement belge, la Flandre détient la majorité des sièges. Ce qui explique l'insuccès des fédéralistes wallons ou le fait que la frontière linguistique qu'ils désiraient fixer (voir les travaux du Centre Harmel), autant que les Flamands n'aient pas eu le tracé qu'ils souhaitaient.
La Flandre obtient par contre la flamandisation complète de l'Université catholique de Louvain en 1968 et d'une manière générale atteint ses objectifs d'autonomie culturelle dès la réforme de l'État en 1970. Celle-ci consacre également l'autonomie des Régions économiques (la revendication des Wallons), mais n'est concrétisée qu'en 1980 après plusieurs années de conflits politiques extrêmement durs (avec par exemple deux recours aux urnes se suivant de quelques mois en 1977 et 1978). D'ailleurs la Région de Bruxelles-capitale doit attendre 1989 pour exister réellement vu l'hostilité flamande à un fédéralisme à trois (voire même au fédéralisme tout cours comme on le vit lors de la démission du Premier Ministre Léo Tindemans annoncée en pleine Chambre - fait sans précédent - en octobre 1978, démission qui torpille les projets de régionalisation du gouvernement et qui vaudra à son auteur l'hostilité du roi Baudouin Ier).
De fait, les Flamands sont toujours restés méfiants voire hostiles à l'égard de la Région bruxelloise en tant qu'institution : même si cette Région est officiellement bilingue (en raison des compromis politiques), les Flamands savent qu'ils ont affaire à un territoire francophone à 90% enclavé au sein de la Flandre, ce qui est en soi pour eux une sorte d'"irritant" permanent.
La Flandre est devenue l'une des régions les plus riches d'Europe, essentiellement en raison de son dynamisme économique depuis les années 1960, tandis que la Wallonie était affectée par la fermeture des charbonnages dès les années 50, les difficultés de la sidérurgie dans les années 70 et 80, celles des industries métalliques dans les années 70. Le chômage est beaucoup plus important en Wallonie qu'en Flandre et les performances économiques de la Flandre sont supérieures à celles de la Wallonie.
Les Wallons développent depuis 1912 une volonté d'autonomie économique, politique et culturelle afin de pouvoir échapper à la domination flamande dans l'État belge fondée sur le nombre (les Flamands ont toujours été les plus nombreux) : la régionalisation institutionnelle du pays amorcée dans les années 1970 est pour eux une manière de concrétiser la vingtaine de projets fédéralistes qu'ils ont rédigé depuis 1905 et, dès 1912, avec l'appui d'une majorité de parlementaires wallons, notamment lors du Congrès wallon de 1913, en 1938 lors du dépôt d'une révision de la Constitution allant dans ce sens par Georges Truffaut. En 1947, la majorité du groupe parlementaire wallon appuya une révision de la Constitution belge allant dans ce sens après la réunion du Congrès national wallon en 1945 et 1946. Une nouvelle tentative eut lieu en 1952 à l'initiative de Joseph Merlot. C'est donc tout naturellement que les Wallons ont très largement appuyé la régionalisation du pays amorcée dans les années 1970.
Les Bruxellois, très majoritairement francophones, demeuraient en revanche partisans d'une Belgique centralisée, de crainte de perdre leur influence de ville-centre de la politique et de l'économie belges. Désormais, les Bruxellois soutiennent à leur tour la régionalisation, puisqu'ils ont obtenu en 1989 leur propre Région fédérée et la garantie que celle-ci serait une Région à part entière. Ils ne sont ni Wallons, ni Flamands : en revanche, ils partagent (très majoritairement) avec les Wallons une langue commune, le français (en raison de la francisation de Bruxelles). Les Bruxellois de souche ont avec les Flamands de nombreuses ascendances familiales (les Bruxellois étaient en majorité des néerlandophones au XIXe siècle, parlant des dialectes flamands brabançons). La population bruxelloise s'est enrichie d'une immigration soutenue en provenance de Wallonie aux XIXe et XXe siècles (dans des proportions équivalentes à celle en provenance de la Flandre), puis s'est encore diversifiée avec une immigration d'Europe de l'Est et du Sud au cours du XXe siècle (réfugiés russes fuyant le bolchevisme après 1917 ; travailleurs en provenance d'Italie, d'Espagne et du Portugal autour de la seconde guerre mondiale et pendant les Trente glorieuses ; etc), et enfin une immigration plus récente (depuis les années 1960-1970) en provenance des anciennes colonies belges mais aussi du Maghreb, de Turquie, d'Amérique latine, etc. Ces vagues d'immigrations successives ont en commun d'avoir adopté la langue française.
Les deux Régions très majoritairement francophones de Belgique (Région wallonne et Région Bruxelles-Capitale), vivent dans le même espace linguistique, artistique et médiatique. Des solidarités multiples et fortes existent donc entre Wallons et Bruxellois. Les partis politiques belges se divisent selon la langue. Il existe depuis peu un consensus à l'intérieur des partis belges francophones pour faire face à l'indéniable puissance du mouvement nationaliste flamand (tous les partis politiques modérés de Flandre se déclarent "nationalistes flamands" aujourd'hui, le parti du ministre-président flamand envisage même l'indépendance à long terme). Wallons et Bruxellois demeurent très attachés à l'existence de leur région respective, tout en conservent une loyauté politique à la Belgique (cette dernière se manifestant à des degrés divers tant à Bruxelles qu'en Wallonie, mais également, dans une moindre mesure, en Flandre, cf Sentiments d'appartenance en Belgique et Wallonie).
Le fédéralisme belge donne de fait la préséance aux Régions sur les Communautés puisque les députés des Parlements wallon et bruxellois sont élus directement, une partie des députés bruxellois francophones directement élus formant alors, avec la totalité des parlementaires wallons directement élus, le Parlement de la Communauté Wallonie-Bruxelles, institution parfois remise en cause par des Wallons, comme l'indique régulièrement le baromètre politique saisonnier de la Libre Belgique. Il semble bien qu'on puisse dire que si cette solidarité n'est pas contestée, la manière de l'organiser institutionnellement pose actuellement problème puisque la Région bruxelloise, bien que majoritairement francophone, a à sa tête un Gouvernement où le nombre des ministres en titre flamands est strictement identique à celui des ministres francophones (alors que les Flamands représentent 10% de la population bruxelloise), ce qui constitue une asymétrie au niveau de la représentation démographique de la capitale.
La Belgique est une monarchie constitutionnelle et un État fédéral, dont le chef d'État actuel est le roi Albert II. En pratique le pays conserve quelques caractéristiques confédérales.
La Constitution fut amendée en 1993 pour adopter un système fédéral afin d'éviter la rupture entre néerlandophones et francophones. Malgré cela, les tensions politiques, culturelles, linguistiques et économiques existent toujours entre les deux communautés. Un parti politique flamand, le Vlaams Belang, prône ainsi l'indépendance de la Flandre à court terme tandis qu'un parti francophone très minoritaire, le RWF, souhaite le rattachement de la Wallonie et de Bruxelles à la France.
Le fédéralisme belge est bâti sur le concept d'équipollence des normes, c’est-à-dire que le niveau de pouvoir fédéral n'a aucune préséance par rapport aux entités fédérées. Un décret voté au Parlement wallon ne peut ainsi pas être contredit par une loi belge. De plus, comme les entités fédérées ont, pour l'essentiel, des compétences exclusives (y compris sur la scène internationale), une même compétence ne peut pas être détenue à la fois par les entités fédérées et par l'État belge.
En 1980 lors de la création des Régions, les Flamands ont immédiatement transféré toutes leurs compétences régionales à la Communauté flamande, comme permis par la constitution. Les 6 députés du Parlement flamand provenant de la Région de Bruxelles-Capitale ne votent toutefois pas les décrets concernant les matières régionales.
Le pouvoir fédéral est entre les mains du Premier ministre et de son gouvernement. Depuis les élections de juin 2003 le gouvernement est une coalition de quatre partis politiques menée par Guy Verhofstadt, composée des partis socialistes francophone et néerlandophone, ainsi que des partis libéraux francophone et néerlandophone.
L'État fédéral est compétent dans tous les domaines d'intérêt national, tels que la défense et les affaires internationales, toute la sécurité sociale, 95% de la fiscalité, l'économie, les télécommunications et d'importantes compétences semi-fédéralisées, comme dans le domaine de la recherche scientifique, et dans l'enseignement (âge de l'obligation scolaire, diplômes, etc.).
Les Communautés - française, flamande, germanophone - sont responsables de la culture et de l'éducation (écoles, bibliothèques, théâtres, audiovisuel…) ainsi que de l'aide aux personnes. Les Régions - flamande, wallonne, Bruxelles-Capitale - s'occupent des problèmes territoriaux et économiques (transports, plan d'aménagement du territoire…) pour la région qui les concerne. Communautés et Régions maîtrisent, en outre, les relations internationales relevant des matières de leur compétence, à l'exception de l'aide au tiers-monde dans ces mêmes domaines.
Chaque province et chaque commune appartient à une Région, et est soumise à sa tutelle.

Les Régions (Région wallonne, Région flamande et Région de Bruxelles-Capitale) sont les entités fédérées principalement compétentes en matière économique.
Les Communautés (Communauté française, Communauté flamande et Communauté germanophone) sont les entités fédérées qui sont compétentes en matière culturelle et gèrent l'enseignement. Les communautés sont subsidiées par l'État fédéral.

Les provinces représentent un niveau politique intermédiaire mal connu. La Belgique (en dehors de la région bruxelloise qui constitue un territoire provincial quasiment dénué d'institutions provinciales, à l'exception d'un gouverneur), est divisée en dix provinces, qui dépendent directement des Régions :
Provinces flamandes (avec chefs-lieux) :
Anvers (Antwerpen)Anvers (Antwerpen)
Brabant flamand (Vlaams Brabant)Louvain (Leuven)
Limbourg (Limburg)Hasselt
Flandre occidentale (West-Vlaanderen)Bruges (Brugge)
Flandre orientale (Oost-Vlaanderen)Gand (Gent)
Provinces wallonnes (avec chefs-lieux) :
HainautMons (Bergen)
LiègeLiège (Luik, Lüttich)
Brabant wallonWavre (Waver)
LuxembourgArlon (Aarlen)
NamurNamur (Namen)
Population : 10 511 382 habitants (au 1er janvier 2006). 0-14 ans: 17,48%; 15-64 ans: 65,57%; + 65 ans: 16,95%Densité : 342 hab./km²La densité de population est la troisième plus importante de l'Union européenne, après celle de Malte et des Pays-Bas.
La vie culturelle belge a eu tendance à se développer dans chaque communauté. Les éléments intercommunautaires sont moins nombreux, en partie à cause de l'absence d'université bilingue, à part l'Académie royale, pas de médias communs, ni d'organisations culturelles ou scientifiques significatives où toutes les communautés sont représentées. Ces éléments précisés, la Belgique en tant que telle est culturellement connue pour son art raffiné et son architecture.
La région correspondant aujourd'hui à la Belgique a été le berceau de mouvements artistiques majeurs qui ont eu une influence importante sur l'art européen. L'art mosan, la peinture flamande de la Renaissance, la peinture baroque, les architectures romane, gothique, Renaissance et baroque ainsi que la musique classique de la Renaissance sont des éléments majeurs de l'histoire de l'Art.

L'entrée du Christ à Bruxelles, James Ensor, 1888. Cette peinture est inspirée des festivals folkloriques belges.
La riche production artistique, erronément désignée en tant qu'art flamand, déclina graduellement à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Le XVIIIe siècle et le XIXe siècle virent l'apparition de musiciens célèbres tels Adolphe Sax, facteur wallon d'instruments et inventeur du saxophone pour le compte de l'armée française, Eugène Ysaÿe et Arthur Grumiaux, violonistes renommés, ou le chanteur-compositeur Jacques Brel. En architecture, Victor Horta fut l'initiateur du courant Art nouveau. La Belgique est aussi la nation de peintres romantiques, expressionnistes et surréalistes tels que Egide Wappers, James Ensor, Paul Delvaux, Constant Permeke et René Magritte. Le poète Emile Verhaeren, le nouvelliste Henri Conscience et le romancier Georges Simenon ont enrichi la littérature de leurs écrits. Maurice Maeterlinck remporta le prix Nobel de littérature en 1911. La bande dessinée belge s'est fait connaître internationalement grâce à Hergé et les aventures de Tintin mais on peut citer également Edgar P. Jacobs, Peyo ou André Franquin.
Le pays est également renommé pour :
son art (primitifs flamands, surréalisme : Magritte, Paul Delvaux),
son architecture (Art nouveau : Victor Horta, Paul Hankar, Gustave Serrurier-Bovy, Henry Clément van de Velde, Joseph Diongre, etc.)
la bande dessinée (Hergé, Yves Swolfs, André Franquin, Jijé, Morris, François Schuiten, Benoît Peeters, Edgar P. Jacobs, Will, et beaucoup d'autres),
le fantastique (Georges Eekhoud, Franz Hellens, Thomas Owen, Jean Ray, Marcel Thiry, Jacques Sternberg)
ses bières (plus de 700 bières différentes dont les fameuses gueuzes, trappistes ou blanches),
sa nourriture (waterzooi de poulet à la gantoise, carbonade flamande, lapin aux pruneaux et à la bière, croquettes de crevettes grises, ses « caricoles »), boulets-frites (boulets dits "à la liégeoise"), sans oublier ses frites inventées au XIXe siècle dans la région de Huy (et erronément appelées French fries outre-atlantique).
son fameux chocolat : les « ballotins de pralines » confectionnés par Neuhaus, Galler, Corné, Godiva.
ses vins avec l'appellation contrôlée du Hageland (environ 80 000 bouteilles par an).
ses écrivains : Christine Aventin, Béatrix Beck, Christian Beck, Alain Bosquet,Maurice Carême, Fernand Crommelynck, Francis Dannemark, Charles De Coster, Xavier Deutsch, Pascal de Duve, Michel de Ghelderode, Guy Goffette, Jacqueline Harpman,Camille Lemonnier, Stefan Liberski, Juste Lipse, Jean Louvet, Maurice Maeterlinck, Françoise Mallet-Joris, Félicien Marceau, Jacques Mercier, Pierre Mertens, Henri Michaux, Géo Norge, Amélie Nothomb, Paul Nothomb, Pierre Nothomb, François Ost, Thomas Owen, Jean-Marie Piemme, Charles Plisnier, Jean Ray, Eugène Savitzkaya, André Schmitz, Claude Semal, Georges Simenon, Stanislas-André Steeman, Bernard Tirtiaux, Jean Tousseul, Émile Verhaeren, Jean-Pierre Verheggen, Paul Willems,
ses photographes : Dirk Braeckman, Roland Castro, Anne De Gelas, Hubert Grooteclaes, Pierre Houcmant, Damien Hustinx, Alain Kazinierakis, Marcel Lefrancq
ses sportifs : escalade : Muriel Sarkany, tennis : Philippe Washer, Jacky Brichant, Kim Clijsters, Justine Henin-Hardenne mais aussi Olivier Rochus, Xavier Malisse, Christophe Rochus, Els Callens, Dominique Monami (qui ne joue plus), Sabine Appelmans, etc. ; automobile : Paul Frère, Olivier Gendebien, Jacky Ickx, Thierry Boutsen, François Duval : motocross : André Malherbe, Georges Jobé, Roger DeCoster, Joël Robert, Stefan Everts, etc. ; tennis de table : Jean-Michel Saive ; équitation : Ludo Philippaerts, Jos Lansink, etc. ; athlétisme : Gaston Reiff, Gaston Roelants, Émile Puttemans, Ivo Van Damme, Kim Gevaert ; cyclisme : Eddy Merckx, Patrick Sercu, Tom Boonen, Johan Museeuw ; football : Jef Mermans, Rik Coppens, Enzo Scifo, Jan Ceulemans, Paul Van Himst, Marc Wilmots, Emile Mpenza, Daniel Van Buyten, Vincent Kompany, etc.
ses musiciens et chanteurs : Jacques Brel, Stella, Jéronimo, Salvatore Adamo, Axelle Red, Maurane, Philippe Lafontaine, Marka, Lara Fabian, Annie Cordy, Arno, Sarah Bettens, dEUS, Été 67, Soulwax, Novastar, An Pierlé, Hooverphonic, Sharko, Ghinzu, Girls in hawaii, Les Gauff' Au Suc', William Dunker, Starflam, Ivan Paduart, Zop Hopop, Didier Laloy, etc.
ses acteurs de cinéma : Natacha Amal, Emilie Dequenne, Jan Decleir, Marie Gillain, Déborah François, Alexandra Vandernoot, Benoît Poelvoorde, Olivier Gourmet, Cécile de France
ses cinéastes : Chantal Akerman, Edmond Bernhard, Jean-Marie Buchet, Jan Bucquoy, Luc et Jean-Pierre Dardenne, André Delvaux, Boris Lehman, Roland Lethem, Picha, Henri Storck, Jaco Van Dormael, Thierry Zéno, etc.
son folklore : les processions, les carnavals (Binche, La Louvière, Chapelle-lez-Herlaimont, Malmedy, Stavelot, Fosses-la-Ville…), la ducasse de Mons, l'Ommegang, les géants, les marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse, la plantation du Meiboom à Bruxelles…

22 novembre 2006

Sydney .... suite

J'ai emmené hier matin, ma petite Sydney adorée chez le vétérinaire où elle a été opérée. Enfin, elle n'a plus cette grosseur disgracieuse et tumorale !! Je l'ai récupérée hier soir. Elle tenait à peine sur ses pattes. Elle n'a rien mangé depuis avant-hier soir. Elle doit garder son pansement quelques jours, mais comme elle n'arrête pas de se lécher, elle l'enlève. Heureusement que j'en avais d'autres pour pouvoir le remplacer.

20 novembre 2006

Parce que .......

...... je ne suis pas aussi douée que je le voudrai en informatique, je n'ai pas réussi à faire des liens vers d'autres blogs, je vais les mettre là: www.lilicureuil.skyblog.com
Ce sont les blogs de mes cousines.
Les blog des gamins de mon club de Tae Kwon Do, avec vidéos et tout et tout.
Et pour rester dans le domaine du Tae Kwon Do:

16 novembre 2006

Sydney

Ce week-end, je fais du chat-sitting. Je garde ma petite minette adorée Sydney. Ce matin je l'ai emmenée chez le vétérinaire à cause d'une grosseur qu'elle a sur le flan. Le verdique est bien ce que je craignais: c'est une tumeur. Je la ramène chez le vétérinaire mardi pour qu'elle se fasse opérer, sauf si ses radios ne sont pas bonnes. Elle a 14 ans maintenant et à part sa tumeur, elle est en parfaite santé.


14 novembre 2006

ENCYCLOPÉDIE: LA SYMBOLIQUE DES CHIFFRES

L'aventure de la conscience suit la symbolique des chiffres, lesquels ont été inventés il y a trois mille ans par les Indiens.
La courbe indique l'amour.
La croix indique l'épreuve.
Le trait horizontal indique l'attachement.
Examinons leurs dessins.
"1". Le minéral. Un pur trait vertical. Pas d'attachement, pas d'amour, pas d'épreuve. Le minéral n'a pas de conscience. Il est simplement là, premier stade de la matière.
"2". Le végétal. Un trait horizontal surmonté d'une courbe. Le végétal est attaché à la Terre par sa barre horizontale symbolisant sa racine qui l'empêche de se mouvoir. Il aime le ciel et lui présente ses feuilles et ses fleurs pour recueillir sa lumière.
"3". L'animal. Deux courbes. L'animal aime la terre et aime le ciel mais n'est attaché ni à l'un ni à l'autre. Il n'est qu'émotion. Peur, désir... Les deux courbes sont les deux bouches. Celle qui mord et celle qui embrasse.
"4". L'homme. Une croix. Il est au carrefour entre le "3" et le "5". Le "4" est le moment de l'épreuve. Soit il évolue et devient un sage, un "5", soit il retourne à son stade "3" animal.
"5". L'homme conscient. C'est l'inverse du "2". Il est attaché au ciel par sa ligne horizontale supérieur et il aime la terre par sa courbe inférieure. C'est un sage. Il a transcendé sa nature animale. Il a pris de la distance par rapport aux événements et ne réagit plus de manière instinctive ou émotionnelle. Il a vaincu sa peur et son désir. Il aime sa planète et ses congénères tout en les observant de loin.
"6". L'ange. L'âme éclairée est libérée du devoir de renaître dans la chair. Elle est sortie du cycle des réincarnations et n'est plus qu'un pur esprit, lequel ne ressent plus la douleur et n'a plus de besoins élémentaires. L'ange est une courbe d'amour, une pure spirale qui part du coeur, descend vers la terre pour aider les hommes et achève sa courbe vers le haut pour atteindre encore la dimension supérieure.
"7". Le dieu. Ou du moins "l'élève dieu". L'ange, à force de s'élever, touche la dimension supérieure. Tout comme le "5", il a une barre qui l'attache en haut. Mais au lieu de présenter une courbe d'amour vers le bas, il a une ligne. Il agit sur le monde d'en bas. Le "7" est là encore une croix, comme un "4" renversé. C'est donc une épreuve, un carrefour. Il doit réussir quelque chose pour continuer à monter.

Edmond Well, L'Encyclopédie du savoir relatif et absolu, (reprise du Tome IV).

Extrait de "Nous les Dieux" de Bernard Werber.

Balade au Festival du bois de Bréville





Week-End à Bordeaux














20 octobre 2006

L'importance d'exprimer...3

Ce matin, au travail, j'ai croisé Mr Machine-à-café.... à la machine à café. Il était droit et raide comme un i, le visage fermé. Il m'a ignorée superbement! Mais ça n'a pas d'importance. Au final, c'est à lui qu'il fait le plus de mal.

10 octobre 2006

Les parkings

Il devient de plus en plus difficile de se garer en ville. Sûrement traumatisée par les difficultés que j'avais à me garer à l'époque où j'habitais en centre-ville sans garage, ni parking, j'ai développer une aversion contre ceux qui se garent n'importe comment, qui prennent 2 places de parkings en mettant leur voiture de travers, etc. Aujourd'hui, j'ai inauguré "la voiture bloquée": en voulant aller en ville pour une course rapide, je me gare sur un parking gratuit (un des rares qui existe encore) et quand je reviens, une voiture est garée derrière la mienne et m'empêche de partir car ma voiture se retrouve alors prise en sandwich vue que je m'étais garé devant un autre véhicule!! J'ai dû faire appel à la fourrière pour qu'un camion vienne enlever cette satanée caisse, que je puisse enfin rentrer chez moi.

05 octobre 2006

Poéme

Aimer, ce sont les pensées qui s’envolent
Et les battements de cœur qui s’affolent
Un sentiment qui passe par un regard
Pas besoin de mots pour que tout s’égard

Aimer et les envies se devinent
Aimer et les désirs se dessinent
Aimer c’est comme un tout petit secret
On le protège mais tout le monde le sait
L’amour commence petit puis grandit
L’amour, comme la plante, il t’envahit.

03 octobre 2006

Des éoliennes dans les champs

Toujours dans le journal, un autre article qui a retenu mon attention c'est la création d'un 4é parc d'éoliennes en Vendée. Je trouve très bien que les éoliennes se développent. Les Deux-Sèvres aussi se sont mises à l'heure du vent pour produire son électricité. Je suis pour les énergies propres et renouvelables, je suis pour une production écologique de notre électricité. Il est plus que temps que nous nous préocupions de préserver notre planète. Lors d'un voyage au Portugal, j'ai pu constater qu'il y avait pas mal de parcs d'éoliennes, or c'est un petit pays. Si le Portugal peut le faire, la France aussi! Étant donné sa superficie, il y a forcément des régions où la production d'électricité grâce au vent est possible et même se justifie.

Un monde sans fumeurs ?

Je lisais dans le journal (et oui, j'ai acheté le journal pour voir si l'article sur le stage de rentrée de mon club de Tae Kwon Do, le Sojjok Kwan était paru) qu'il y allait avoir un décret interdisant de fumer dans les lieux publiques, TOUS les lieux publiques! Ce serai vraiment GÉNIAL!!! En tant que non-fumeuse, je rève d'un monde sans fumeurs car la fumée est vraiment désagréable, sans parler de l'odeur qui est quand même, il faut bien le dire, infecte. Les fumeurs réclamaient le droit de fumer. S'ils veulent s'empoissoner, c'est leur problème; mais personne ne s'inquiètait du respect des non-fumeurs à ne pas subir le tabagisme des fumeurs!! Le tabagisme passif est plus meurtrier encore que le tabagisme actif. Enfin, les non-fumeurs pourraient aller au restaurant, prendre un café ou aller en boite sans en ressortir la gorge irritée et puant la clope, et sans risquer un cancer!! C'est une odeur tenace qui imprègne les fringues, mais aussi les cheveux et la peau! Le plus flagrant c'est au restaurant: les fumeurs ne peuvent pas s'empêcher d'en griller une entre chaque plat. C'est immonde! La fumée et l'odeur tuent le goût de la nourriture!!! Je crois que c'est en Californie, aux États-Unis, où il est interdit de fumer dans les restaurants et en Irlande, il est interdit de fumer dans les pubs. Les gens vont quand-même au resto et au pub. Sans parler du fait que même les fumeurs n'aiment pas la fumée des autres!!! Alors vive l'interdiction TOTALE de fumer dans les lieux publiques!!!! Parce que la fumée ne s'arrète pas à la ligne entre la zone fumeur et la zone non fumeur!

Mais où va le monde ?

Une fusillade dans une communauté Amish! On croit réver!! On atteind vraiment des sommets!!! Pourquoi s'en prendre à des gens qui vivent comme il y a 2 siècles et qui appliquent à la lettre la politique de la joue tendue? En quoi flinguer ces fillettes pouvait venger cet homme de la perte d'un enfant? Ces enfants et leur famille n'étaient pas responsables! Et le pire c'est que dans quelques années, il y aura sûrement un film ou un feuilleton sur ce fait diver. Est-ce que c'est parce que nous n'avons pas de prédateur naturel que l'homme est un loup pour l'Homme?

02 octobre 2006

Stage de Tae Kwon Do

Ce week-end a été sportif. Samedi c'était le stage de rentrée de mon club, le Sojjok Kwan, où nous étions 155. Ça allait des enfants aux vétérants et des ceintures blanches aux ceintures noires. 2 membres du club ont créé un skyblog consacré au TKD, mais je nai pas l'adresse. Il y a un lien sur le site du club de Chatellerault. Et dimanche, stage poumsés et Ho Shin Soul pour les ceintures noires (et ceintures rouges pour le Ho Shin Soul). Comme je prépare mon 2é dan cette année, j'étais un peu obligé d'y aller. C'était bien, mais épuissant. Il a fallu voir en une aprés-midi tout le programme Ho Shin Soul de 1er et 2é Dan! De l'intence et du concentré!!

29 septembre 2006

Théodore Monod

J'aime Beaucoup la chanson de Alain Souchon: "La Vie Théodore". Non seulement c'est une belle chanson, mais c'est aussi un bel hommage pour un homme qui fût un géorgraphe réputé et un grand humaniste.
"On s'ennuie tellement (4) Alors la nuit quand je dors Je pars avec Théodore Dehors, dehors, dehors, dehors... Marcher dans le désert Marcher dans les pierres Marcher des journées entières Marcher dans le désert. Dormir dehors Couché sur le sable d'or Les satellites et les météores Dormir dehors. Il faut un minimum Une bible un coeur d'homme Un petit gobelet d'aluminium... Il faut un Minimum. Si loin de la nature ici Le coeur durcit On est si loin de l'air On est si loin du vent Si loin du grand désert Si loin de l'océan. Alors la nuit quand je dors Je pars avec Théodore Dehors, dehors, dehors, dehors... Marcher dans le désert ... Si loin de la nature ici Le coeur durcit. Chercheur de trésors De brindilles et de phosphore D'amour humain et d'effort Chercheur de trésors. Il faut un minimum Une bible un coeur d'homme Un petit gobelet d'aluminium... On s'ennuie tellement On s'ennuie tellement On s'ennuie tellement On s'ennuie tellement".

Mes Photos

J'adore la photographie. Je ne suis pas encore passée au numérique; j'aime bien l'idée de prendre une photo et d'attendre le développement de la pellicule pour la découvrir.